Films que vous pouvez visionner en entier sur YouTube

YouTube est l’une des plus grandes inventions de notre époque et quand il s’agit de cinéma, l’une des alternatives les moins chères qui existent. Le retour aux sources est toujours une question de sagesse. Retourner dans ces lieux anciens où le bonheur a été trouvé pour la première fois – ou du moins de manière significative – est un acte humain qui cadre la nostalgie et la mélancolie. Il y a des retours, bien sûr, que nous ne ferions jamais, même s’ils sont heureux. Parce qu’il y a peut-être des endroits qui ont été tout à fait agréables, mais dans des circonstances peu flatteuses. Il faut donc savoir choisir les destinations du retour, en espérant que tout n’a pas été un mirage et que nous procurons un malheur.

Des films à voir en entier sur Youtube

Bien qu’avec YouTube, je doute que nous puissions vivre une telle chose. En effet, ce réseau social, cette plateforme simple mais complexe, peut continuer à nous donner beaucoup de plaisir si on lui donne l’opportunité de revenir dans nos vies. Bien sûr, il y a Netflix ou HBO GO, mais il y a des moments où ces deux nouveaux géants du divertissement ne couvrent pas tous nos besoins et tous les genres, quelle est l’option ? Revenez à cette vieille page qui a aussi muté avec le temps.

Si au début YouTube a été conçu avec d’autres objectifs et comme un moyen de communication en dehors du courant dominant et la puissance des grandes entreprises, comme une vile et simple occasion de partager du contenu visuel sans la nécessité de grandes productions, c’est-à-dire, des vidéos de personnes pour les gens, aujourd’hui qui a évolué. Il y a toutes sortes d’informations là-dedans, des cours à l’université jusqu’à la publicité de très haute qualité.

Et de temps en temps, nous pouvons trouver un cadeau qu’un autre cinéphile comme nous a décidé d’offrir au monde. YouTube et ses utilisateurs continuent de rechercher une libre circulation des idées, des images et des innovations que nous ne pouvons dédaigner ; ce réseau est l’une des plus grandes inventions de notre époque et, quand il s’agit de cinéma, l’une des alternatives les moins chères qui existent.

“Le Seigneur des Mouches (1990), Harry Jook

Adapté du roman du même nom du prix Nobel William Golding. Face à la guerre, les enfants d’une région anglaise sont évacués par avion qui tombe en panne, ce qui fait tomber ces petits citoyens sur une île déserte pour tester leur apprentissage humain et politique.

“The Ender Game (2013), Gavin Hood

Histoire de science-fiction qui montre un petit personnage protagoniste dans un monde futuriste, qui se bat contre une autre race dans l’univers. La complexité vient quand les présupposés moraux de la planète s’opposent à ceux de cet enfant, qui pourrait d’ailleurs devenir la prochaine grande arme de défense.

“La Dame en noir” (2012), James Watkins

Arthur Kipps est un avocat dont le cabinet l’envoie dans un pays lointain pour vendre la maison d’un client qui vient de décéder. La direction, apparemment routinière et sans incident, rencontre certaines difficultés, en plus du fait que les voisins sont réticents à parler de la maison ou à s’en approcher, parce qu’ils s’assurent qu’il y réside une force du mal.

“La Particule de Dieu” (2011), Tony Krantz

Ned Cruz, détective privé de Los Angeles, est mandaté par un boxeur russe pour retrouver son ex-petite amie Lexie, une strip-teaseuse qui a mystérieusement disparu avec des diamants. L’intrigue est compliquée lorsqu’il s’avère que tous ceux à qui l’on demande où ils se trouvent sont retrouvés morts par la suite.

“The Fighter (2010), David O. Russell

Dans les années 1980, Dicky Eklund, un boxeur troublé mais talentueux, tente de se racheter en entraînant son jeune frère. Dans son bon vieux temps, c’était la fierté de sa ville natale d’avoir une fois renversé le champion du monde Sugar Ray Leonard, mais les temps difficiles sont arrivés quand il a sombré dans un dangereux mélange de drogues et de criminalité.

“Pathologie (2008), Marc Schoelermann

Un groupe d’étudiants en médecine a mis au point un jeu mortel dans lequel l’un d’eux tente de commettre un crime parfait tandis que les autres tentent de déterminer la cause de la mort en abusant de leur séjour à la morgue, sans aucun respect ou crainte que les choses tournent mal.

“Hannibal : L’origine du mal” (2007), Peter Webber

Adapté d’un roman de Thomas Harris. L’histoire de Lecter commence en Europe de l’Est, à la fin de la Seconde Guerre mondiale ; enfant, en plus d’être témoin du meurtre de ses parents, il a été témoin d’autres atrocités terribles qui le marqueront à jamais et feront de lui cet éminent médecin aux passe-temps un peu exotiques.

“Salle 1408 (2007), Mikael Hafström

Basé sur une histoire du maître de l’horreur Stephen King, ce film raconte la vie d’un romancier d’horreur plutôt sceptique. Bien qu’il ne croit pas en l’existence de la vie au-delà de la mort, ses idées à ce sujet changeront quand il entrera dans la chambre 1408 du Dolphin Hotel.

“Journal d’une peau” (2005), Jacobo Rispa

À partir d’événements réels, cette production dresse le portrait d’Antonio Salas, un journaliste qui infiltre des groupes néonazis à Madrid pour découvrir les assassins de ses collègues chercheurs. Il a l’appui de Jaime, un policier qui avait fait la même chose dans le passé, mais sans aller au fond de ces organisations contre-culturelles.

“Virus” (1999), John Bruno

Après avoir perdu sa cargaison à cause d’une onde de tempête, le remorqueur “Sea Star” se réfugie dans l’œil de l’ouragan pour effectuer des réparations quand il voit un navire scientifique russe apparemment abandonné. Tous les problèmes qui affligeaient l’équipage à cause de la perte de leur cargaison semblent être résolus lorsque le capitaine les informe de l’argent qu’ils peuvent obtenir pour le sauvetage du navire. Mais lorsqu’ils restaurent l’énergie du navire, certains membres d’équipage commencent à disparaître mystérieusement, ce qui entraîne le conflit de l’histoire.

“May Nothing Separate Us” (1995), Peter Horton

Erik, 13 ans, et sa mère déménagent dans une nouvelle maison au Minnesota. Le garçon se sent disloqué et a de la difficulté à trouver des amis jusqu’à ce qu’il rencontre Dexter, un jeune garçon qui vit à côté. Erik et Dexter s’entendent très bien, mais un jour la mère d’Erik lui interdit d’approcher son ami parce qu’il apprend qu’il a contracté le VIH il y a quelques années par négligence lors d’une transfusion sanguine.

“La tondeuse à gazon” (1992), Brett Leonard

Ce film, basé sur une histoire de Stephen King, raconte les efforts d’un scientifique qui cherche et parvient à accroître de façon extraordinaire l’intelligence d’une personne déficiente mentale grâce à une combinaison de drogues et de réalité virtuelle. Mais le pouvoir cérébral de cet individu échappe rapidement au contrôle du scientifique et toute une communauté est en danger.

“Hellraiser” (1987), Clive Barker

Frank Cotton, un jeune homme violent et ambitieux aux expériences personnelles, acquiert une boîte chinoise dans un bazar oriental, doté de pouvoirs. Selon les légendes anciennes, c’est une sorte de porte d’entrée vers des êtres d’une autre dimension. En l’ouvrant, Cotton convoque ces créatures d’un enfer fantastique, mais elles ne lui infligeront que des tourments jusqu’à ce qu’il soit fini. Vingt ans plus tard, la véritable histoire d’horreur commence, combinant cauchemars et fétiches sexuels.

“Les Corn Boys” (1984), Fritz Kiersch

Également basé sur un livre de Stephen King et une vision classique de la terreur des années 1980, cette histoire prend un couple en voyage et arrive dans une ville isolée du Nebraska, un endroit où il n’y a pas d’adultes, seulement des enfants, des adolescents et un culte religieux qu’ils ne peuvent comprendre.

“Le dernier train pour Auschwitz” (2006), Joseph Vilsmaier et Dana Vávrová

En Allemagne, en 1943, les nazis ont entrepris d’éliminer définitivement tous les Juifs de Berlin. Plus de 70 000 ont déjà été déportés. En avril 1943, un train avec 688 Juifs quitta la gare de Grunewald pour Auschwitz. Pendant six jours, les passagers devront souffrir de la chaleur, de la faim et de la soif. Dans leur désespoir, certains essaient de fuir ; parmi eux, Henry, Lea et Ruth. Auschwitz se rapproche de plus en plus.

“You, Me and Everyone Else” (2005), Miranda July

Dans ce film, où convergent des personnages très divers, la prose est transcendante et les gens deviennent des êtres lumineux qui parlent de leurs pensées les plus intimes, suivent des impulsions secrètes et vivent des moments d’humanité sincère qui parfois approchent le surréel. Ils cherchent de la compagnie sur des routes tourmentées et finissent par trouver un soulagement dans les brefs moments où ils parviennent à se connecter avec quelqu’un sur Terre. Un récit très attaché à la réalité.

Donc, si vous n’avez pas payé votre facture Netflix ou si vous avez décidé de ne pas avoir de système de télévision par câble dans votre maison, il est possible de survivre en l’absence de ces deux. La question est de continuer à chercher et à explorer d’autres options, aussi archaïques qu’elles puissent paraître aujourd’hui. Il y a toujours quelque chose de nouveau à trouver.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here