Pourquoi vous avez besoin de voir les dernières mini-séries HBO

Publié parFredlejanvier 9, 2019|

Dès ce lundi, les huit chapitres du thriller mettant en vedette Amy Adams, qui a été nominée cinq fois pour un Oscar, seront disponibles sur HBO.

La visite des sites américains consacrés à l’information télévisée lundi a été un véritable champ de mines sur les résultats de la mini-série “Open Wounds”. Son huitième et dernier épisode a été diffusé dimanche dernier aux États-Unis, et depuis lors, il est également disponible sur HBO Espagne. “Vautour, par exemple, a consacré jusqu’à quatre pièces à la finale controversée. Il est indéniable que la nouvelle fiction HBO a été l’une des sensations de l’été – avec “Succession” – pour les professionnels et les critiques.

Prémisse connue avec torsion de l’écrou

Amy Adams joue Camille Preaker, une journaliste “accrochée” à son passé tragique et aux bouteilles de vodka, dont le patron affable propose de couvrir la mort d’une adolescente et la disparition d’une autre dans sa ville natale, Wind Gap, située dans le sud des États-Unis. Ainsi, la protagoniste affrontera ses propres démons personnels en retrouvant sa famille : une mère tyrannique, un beau-père paroissial en paroles et une demi-sœur adolescente qu’elle connaît à peine, ainsi que le reste de ses voisins.

Le nombre de séries sur les “filles disparues et/ou mortes” est remarquable. Il y a en fait un essai qui lui est consacré intitulé “Dead Girls : Essays on Surviving an American Obsession”. En Espagne, en 2018, nous avons eu “La Vérité”, mais auparavant ils étaient exposés sur le petit écran “Je sais qui vous êtes” ou “Disparu”.

Mais au niveau international, le genre est énorme : du “Twin Peaks” – tout a commencé avec Laura Palmer – au “The Killing” ou “True Detective”. Mais “Open Wounds” transcende le cliché pour retourner la tortilla. En fait, au début de la mini-série, chacun des personnages de la fiction Wind Gap croit que celui qui est responsable de la mort et de la disparition des adolescentes est sans aucun doute un homme. Mais ici, les personnages féminins sont tout aussi complexes et même moralement répréhensibles que les personnages masculins.

De même, bien que la prémisse des “Plaies ouvertes” soit la disparition de deux adolescents (avertissement, le mystère est résolu), l’histoire opte pour le parcours émotionnel de son protagoniste face à son enfance sombre – les “flashbacks” sont une constante – et comment il interagit avec l’orbite rurale et malsaine. Mais s’il y a deux thèmes qui ressortent, ce sont le traumatisme et la maternité, quelque chose qui affecte directement ou indirectement presque tous ses personnages. Et tout cela “vernis” d’un onirisme intermittent, qui induit en erreur le protagoniste et le spectateur.

Contrairement à d’autres grandes productions de HBO comme “Game of Thrones” et “Westworld” -dont la durée est parfois excessive-, “Open Wounds” ne dépasse jamais l’heure et se règle parfois pendant 45 minutes. Mais dans les détails, il y a aussi le diable : la série met en place un jeu avec les spectateurs les plus aiguisés grâce à l’utilisation de messages cachés dans les plans, la bande sonore (dont Led Zeppelin) et même des éléments décoratifs choisis au millimètre près. Ils ont tous un but argumentatif.

Noms importants impliqués

Au-delà du label de qualité inhérent à un canal de paiement comme HBO (“Los Soprano”), plusieurs noms ont suscité de l’intérêt pour le projet depuis sa gestation. Mettant en vedette Amy Adams, cinq fois nominée aux Oscars, la fiction est une adaptation du roman du même nom, le premier publié par Gillian Flynn. L’écrivain et journaliste est également responsable du thriller à succès “Perdida”, adapté au cinéma en 2014 par David Fincher.

Les responsables de la création et de la gestion ont également joué un rôle clé. Le scénario a été commandé par une “suspecte habituelle” de la télévision comme Marti Noxon, créatrice de séries récentes telles que “Dietland” (disponible en Amazon Prime Video Espagne) et “UnReal”, et scénariste du pionnier “Buffy, Slayer”. Toutes ont une chose en commun : des personnages féminins qui rompent avec le stéréotype sans craindre les gris morales.

Le dernier en date est son réalisateur, le cinéaste canadien Jean-Marc Vallée (Dallas Buyers Club), qui a également réalisé une autre mini-série de HBO, Big Little Lies. Son style a été l’un des grands atouts du projet, comme en témoigne la brusquerie des transitions entre scène et scène.

Adams a également été soutenu par une équipe d’excellents acteurs de soutien, y compris Patricia Clarkson, une actrice de soutien régulière, Chris Messina et Matt Craven. Mais s’il y a un spectacle révélateur, c’est celui de l’inconnue Eliza Scanlen, à peine âgée de 19 ans, en demi-sœur indomptable de la protagoniste.

Les actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *