Veepee, le géant de la vente en ligne, est né

Publié parFredlejanvier 24, 2019|

Le Groupe Vente-privee, pionnier de la vente événementielle en ligne (c’est-à-dire des produits ou services de marques prestigieuses qui peuvent être achetés à prix réduit pendant un temps limité et uniquement par les membres de la communauté) change de nom et devient officiellement Veepee, regroupant ainsi sur une seule plateforme les différentes acquisitions réalisées ces dernières années (dont Privalia en Italie) avec un objectif affiché : conquérir l’Europe. Où, veulent-ils le faire remarquer, ils paient aussi des impôts.

Vente-privee devient Veepee

Le groupe français est également présent dans 14 pays, compte 72 millions de membres (dont 12 millions en Italie où il existe depuis 2018) et réalise un chiffre d’affaires global de 3,7 milliards d’euros. Mais un chiffre clé en 2018, pour la première fois, 50 % du chiffre d’affaires a été réalisé à l’international en dehors du marché français. “Résultat très significatif, nous commercialisons aujourd’hui plus de la moitié des produits de nos sites hors de notre pays. Parce qu’elle s’inscrit dans la stratégie de recentrage sur le marché européen, également après les nombreuses acquisitions des trois dernières années “, explique Jacques-Antoine Granjon, Marseillaise, né en 1962, président, directeur général et fondateur de Veepee. “C’était un défi majeur pour une entreprise comme la nôtre, nous croyons profondément en l’Europe où le commerce électronique se développe et se développera même si le secteur est dominé par des entreprises américaines. L’Europe est notre avenir. Nous travaillons à rassembler nos différentes réalités sur une seule plateforme, ce sera un processus graduel qui commencera avec le changement de nom et qui prendra des mois à se réaliser. L’objectif ultime est d’assurer le meilleur service à tous les consommateurs européens.

“L’Italie en particulier – ajoute-t-il – est un marché très important pour nous : il l’a toujours été, mais jusqu’à récemment l’infrastructure manquait et il était difficile d’assurer des livraisons rapides, dans un pays géographiquement si long. Donc, nous démarrons lentement. Mais aujourd’hui, l’Italie est devenue centrale, à la fois en tant qu’utilisateur et parce que de nombreuses marques prestigieuses de mode et de design sont fabriquées en Italie”.

La mode, cœur de l’activité historique de Vente-privee, représente 60% du chiffre d’affaires, mais désormais sur le site vous pouvez également acheter d’autres types de produits : de la maison au voyage, du vin à la gastronomie. Rien qu’en 2018, Veepee a réalisé 54 000 événements de vente en collaboration avec 7 000 marques pour un total de 120 millions de produits vendus et 116 000 colis envoyés chaque jour. En particulier, Veepee collabore actuellement avec plus de 900 marques italiennes, dont 90% sont vendues à l’international. “Notre relation avec les marques que nous vendons est simple : nous aidons à vendre en ligne des marques qui ont de bons produits à un bon prix.

Le succès de Vente-privee repose sur l’intuition de Granjon, qui a transféré sur Internet son expérience de jeune revendeur. Veepee propose à la vente des dizaines de millions de produits qui sont des pièces de marque sont restées invendus et sont offerts à des remises importantes directement au client mais, cette fois, à une très grande échelle et dans un magasin virtuel. Et les nouvelles technologies vont à nouveau modifier ce modèle, permettant, notamment grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle, de prédire les ventes futures et de générer des modèles d’achat de plus en plus personnalisés selon les goûts de l’utilisateur. “Nous investissons beaucoup dans l’innovation, surtout dans les gens. En 2018, nous avons embauché plus de 250 talents en TI en plus des 800 profils technologiques existants. Nous prévoyons d’investir 100 millions d’euros pour continuer à développer l’innovation ouverte et renforcer la R&D interne. Nous sommes également partenaire de Station F (la plus grande pépinière d’entreprises au monde qui a ouvert ses portes à Paris en 2017) et nous avons lancé notre accélérateur de démarrage, avec lequel nous sélectionnons et investissons dans de nouvelles réalités qui peuvent rendre le commerce en ligne plus efficace et innovant. Comme Daco, qui grâce à l’IA permet aux marques et aux distributeurs d’avoir une vue à 360° de leurs concurrents, en calculant par exemple combien de chaussures Nike d’un certain modèle sont vendues, données qui sont très utiles tant pour établir les prix que pour commander automatiquement des dizaines de millions de produits ou pour analyser précisément les gammes.

“Les gens veulent acheter de plus en plus vite et surtout à partir du smartphone. Au cours des dix prochaines années, l’expérience d’achat en ligne sera encore plus immédiate et simple. Probablement dans les bâtiments il y aura des cassettes pour laisser les colis achetés sur internet et la chaîne de blocage technologique vous permettra d’être encore plus sûr de l’origine de leurs achats. La traçabilité sera telle que vous saurez exactement dans quelle usine ils sont fabriqués et par qui les chaussures que vous achetez et aussi d’où proviennent les matériaux dont ils sont faits. Transparence totale”, ajoute Granjon, qui a acheté il y a des années les anciennes imprimeries du quotidien français Le Monde pour en faire son royaume à La Plaine Saint Denis (au nord-est de Paris), et qui est entre autres un grand collectionneur d’art. “J’aime beaucoup l’art abstrait. Quand j’étais jeune, j’ai acheté une petite peinture monochrome de la période bleue d’Yves Klein à laquelle je suis très attaché. Mais j’achète de l’art, je ne le vendrai jamais”.

Les actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *