Tous les films de l’univers Harry Potter classés du pire au meilleur

Publié parmaiteledécembre 5, 2018|

b#po’Fantastic Animals : Grindelwald’s Crimes’ est déjà sorti en salles, ce qui en fait le dixième film de l’univers Harry Potter. Les critiques ne réagissent pas avec enthousiasme à la nouvelle aventure d’Eddie Redmayne, mais cela ne veut pas dire que c’est le film le moins intéressant au monde créé par J.K. Rowling.

Ensuite nous allons classer tous les films Harry Potter du pire au meilleur. Comme d’habitude dans ces cas, je les ai choisis en fonction de mes critères personnels, donc ne les considérez pas comme une loi absolue. Harry Potter et l’Ordre du Phénix’

La plus grande déception que j’ai jamais eue avec l’univers Harry Potter. Déjà le roman m’a laissé un peu froid, témoignant d’une certaine tendance de Rowling à des farces inutiles, mais l’adaptation ne savait même pas comment profiter pleinement du personnage brillamment irritant bien joué par Imelda Staunton.

De plus, l’arrivée de David Yates dans la franchise n’a pas suscité beaucoup d’espoir en ce qu’il pourrait contribuer dans le futur. Il a fini par nous prouver que ce n’était pas le cas, mais ici, il n’est pas tout à fait à l’aise. Le changement de lieu est apprécié, des concepts intéressants sont joués et la dernière ligne droite est proche d’avoir la force désirée, mais c’est aussi le moment où une aventure Harry Potter s’est rapprochée de l’ennui.

9.’Harry Potter et la chambre secrète’

L’univers du magicien créé par JK. Rowling avait besoin d’un changement dans un deuxième volet qui devait progresser et marquer l’avenir, Chris Columbus sait très bien gérer les aspects plus légers, de l’introduction de Dobby à l’arrivée de Gilderoy Lockhart, le professeur égocentrique contre l’art noir interprété à la perfection par Kenneth Branagh.

Au contraire, la présence d’une intrigue plus chargée est quelque chose qui ne porte pas si bien, prolongeant trop ses images sans avoir l’excuse de servir de présentation, quelque chose qui a fonctionné dans le premier épisode pour justifier d’essayer de tout mettre du livre au film. Fantastic animals : Les crimes de Grindelwald

Une suite beaucoup plus ambitieuse qui embrasse l’obscurité sans complexes – là le plus grand protagoniste de Johnny Depp travaille très bien et l’acteur s’éloigne de ses tics plus malmenés. Il introduit des idées très juteuses dans la saga et nous donne une bonne poignée de scènes inoubliables pour chaque amoureux de l’univers Harry Potter, mais tombe dans une erreur très importante : il veut mettre trop de choses en trop peu de temps et tout est un peu sans surveillance.

Il donne le sentiment que Rowling veut préparer tant de choses ici qu’il gagne le sentiment que le film est un préambule qui ne vous satisfait jamais complètement. Et c’est dommage, parce que se concentrer un peu plus -surtout au niveau du personnage, où à tout moment on se retrouve avec le miel sur les lèvres qu’il n’y paraît mais ne se matérialise jamais- et agrandir un peu les images ne serait pas si évident.

7’Harry Potter and the relics of death – Part 1′

Une surprise très agréable malgré sa position basse sur la liste. Soyons clairs, Rowling s’est trop étendu dans le roman final et il y avait beaucoup de pages qui ressemblaient à de la farce pure. Ce film doit faire face à tout cela, fonctionnant comme un film sans fin en raison de la mode d’Hollywood de diviser les dernières aventures en deux et de les presser à fond au box-office.

Cependant,’Harry Potter and the Deathly Hallows – Part 1′ a étonnamment bien marché vu le matériel dont il est parti. Il a su lever l’obscurité pour le grand final, explorer les tensions entre les trois protagonistes et clarifier plus d’éléments de la mythologie de la saga sans jamais être lourd. Le manque de contenu authentique et de meilleure qualité continue de le condamner en partie, mais beaucoup moins que le livre.

6. Harry Potter et le Mystère du Prince’

Tout le monde a ses préférés, mais dans mon cas, aucun personnage de la saga Harry Potter n’est aussi proche que Severus Snape. Il était déjà un personnage merveilleux dans les romans et les films qu’Alan Rickman lui brode. Ici, son personnage prend de l’importance dans une saga qui n’est pas la plus sombre de la saga, mais elle crée un climat d’agitation plutôt inspiré jusqu’à ce qu’elle atteigne sa conclusion puissante.

Elle bénéficie également d’un Yates plus lâche derrière les caméras et d’un Daniel Radcliffe qui a peut-être offert sa meilleure interprétation de la saga dans ce numéro, ce que nous pouvons également dire de Tom Felton. En retour, l’histoire qu’il nous raconte manque un peu plus de profondeur, en particulier ce mystère du titre qui n’est pas ignoré, mais il est sur la pointe des pieds comme quelque chose de nécessaire mais qui ne va pas recevoir trop d’attention.

5 ” Harry Potter et les reliques de la mort – Partie 2′

Le grand colophon, film où l’obscurité atteint son paroxysme dans la confrontation tant espérée entre Harry et Voldemort. À cet égard, le film fonctionne très bien et sait comment faire monter la tension pour donner une conclusion à l’apogée de l’une des plus importantes franchises de l’histoire du cinéma, mais n’est pas exempt de certains mais.

Pour l’instant, l’empilement redouté d’autres personnages déjà maltraités dans la littérature originale et ici viennent donner le sentiment d’être car il est simplement nécessaire. Cela éblouit en partie l’épopée à laquelle Yates aspire tant et que le film réalise en quelques instants. Harry Potter and the Philosopher’s Stone’

Le début de tout, un film qui se veut peut-être trop fidèle au roman, mais dans ce cas tout va bien, à commencer par une présentation très complète qui aurait pu se retourner contre lui. Ici Columbus a pu trouver le ton juste pour explorer le potentiel de la saga avec la coupe de ruban la plus infantile de toute la franchise, mais c’est ce qui crie pour une aventure d’initiation.

La grande et très bien choisie distribution aide aussi beaucoup afin que pratiquement tout fonctionne comme un plan et que certains détails visuels améliorables ne font pas oublier sa capacité à fasciner le public de tout âge. Harry Potter and the Goblet of Fire’

Hormones modifient le sang des élèves de Poudlard dans une adaptation dont ils en ont assez de l’original littéraire, mais cela a été fait avec succès. Mais le film est marqué par deux choses en particulier : le tournoi auquel Harry participe de manière inattendue et le grand duel final. Le film permet également au trio d’évoluer en parallèle avec l’arrivée de nouveaux étudiants. C’est vrai que par exemple le changement d’Hermione n’est pas aussi choquant qu’il devrait l’être, mais ça marche toujours bien et Mike Newell, en coulisses, sait comment porter l’histoire sur son terrain et nous donner un grand passe-temps avec quelques scènes inoubliables.

2. Des animaux fantastiques et où les trouver

Warner aurait pu devenir une simple opération de Warner pour en tirer plus de l’univers Harry Potter avec très peu de choses à contribuer, mais la vérité est qu’il savait comment profiter de l’essence qui a conquis des millions de personnages pour créer son propre univers, plus destiné au public adulte mais sans jamais oublier le reste du public.

Au-delà de l’éblouissant déploiement technique, qui sert avant tout à faire de New York une scène magique sans rien à envier au Royaume-Uni, il faut souligner la solvabilité que David Yates a acquise en coulisses, plus raffinée que jamais ici, et un charmant carrousel de personnages où seule l’interprétation particulière de Eddie Redmayne peut être un peu déplacée.

1. Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban’

Je me souviens d’être sorti quelque peu déçu du troisième épisode, car le livre que j’ai adapté était mon préféré de la saga et l’est toujours – et m’a laissé le sentiment de ne pas m’occuper du tout de certains petits détails. Le fléau avec lequel chaque fan porte parfois et qui doit être libéré pour mieux apprécier une adaptation stupéfiante qui a donné un tournant bien nécessaire à la franchise en l’éloignant définitivement de la touche plus enfantine de Colomb.

L’introduction des démentors est déjà un aspect fascinant, mais aussi la relation établie entre Lupin et Harry, l’évolution dans le sens général des étudiants, l’arrivée de Sirius Black qui ne résultat est qui il semblait au début. Tout a pour but de donner à la saga un fond plus sombre avec un Alfonso Cuarón très impliqué dans l’enfoncement dans le matériau original.

Maintenant c’est à vous de prononcer, êtes-vous d’accord avec notre liste des meilleurs films de l’univers Harry Potter ou changeriez-vous votre position ?

Les actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *