Après une saison 2 qui n’était pas, il faut bien l’avouer, spécialement attachante et basée avant tout sur une simple suite d’épisodes procéduraux, la saison 3 de Star Trek Enterprise prend le chemin du feuilletonnant avec un seul et unique arc scénaristique, et ce, dès le départ la saison 3.

Star Trek : Enterprise – Saison 3

Pour rappel, la saison 2 se terminait en apothéose avec l’attaque foudroyante et brutale de la Terre (de la Floride au Venezuela) par une sonde Xindi venant du futur (passage repris en partie par Abrams pour l’attaque de fin dans son mauvais reboot de 2009) et provoquant la mort de millions de personnes, dont la sœur de Trip, ce qui provoquera un changement de comportement du personnage à partir de ce moment, ce dernier n’étant plus un simple « Scotty 1.0″ mais une personne assoiffée de vengeance…
La saison 3 d’Enterprise reprend quelque temps après l’attaque. L’intrigue autour des Xindi et la fameuse Guerre Froide Temporelle seront les principaux fils rouge de la saison. Ces derniers feront évoluer la série. La saison 3 sera bien plus sombre que les deux précédentes, mais elle n’en restera pas moins une digne héritière de TOS & TNG tout en ayant ce côté dépressif qu’avait DS9 & Voyager. On y retrouvera par certains moment, le côté très désabusé et noir de 24, avec cette propension à la torture pour faire parler, chose assez nouvelle pour du Star Trek.
Ce changement de style, il se ressent dès le départ, avec un NX-01 qui passe de vaisseau d’exploration et scientifique à semi-vaisseau de guerre et d’attaque.

Au niveau de l’évolution des personnages, peu de nouveautés en dehors de Trip. La seule chose notable sera l’évolution de la relation entre justement Trip et T’Pol, ce dernier étant affecté par la mort de sa sœur et utilisera cet affect, sans que ce soit volontaire, pour se rapprocher de T’Pol, la vulcaine pas toujours raccord avec son peuple La relation entre les deux personnages fait beaucoup penser à la relation qu’avait eu le docteur et Seven of Nine durant Voyager. Le problème est, qu’encore une fois, hormis un épisode centré sur Phlox, le médecin du vaisseau et sorti du triumvirat Archer/Trip/T’Pol, les autres personnages sont laissés de côté. Ce qui est dommage tant il y avait matière à faire.

Malgré son aspect feuilletonnant, la série offrira encore son petit lots d’épisodes « stand alone », qui alterneront entre le très bon (Similitude) et l’assez chiant (North Star) mais l’ensemble sera de très bonne qualité, la saison étant parmi les meilleures de la franchise.

Visuellement, la série était au top à son époque (pas si loin pourtant) et si pas mal de VFX ont mal vieilli, Enterprise offrira quand même son lot de magnifiques plans, tel celui-ci, dans l’épisode 5 (Impulse), où l’on voit le NX-01 s’approcher d’un champ d’astéroïdes, le tout, vu du dessus. Ou encore ces plans éloigné de la base sous la neige dans l’épisode 1 (The Xindi).
Malheureusement, si le travail effectué par les graphistes de la série est superbe, le Blu-Ray ne leur rend pas entièrement hommage (cf. partie technique).

Pour finir, La saison 3 de Star Trek Enterprise n’est que la suite logique des deux premières saisons, si elle ne développe pas la guerre temporelle, elle permet en revanche de connaitre les instigateurs et leurs motivations.
Enterprise est dans la plus pure tradition des deux premières séries de la franchise. De la pure S.F. au sens noble du terme.

Technique :

Image 3/5 : L’on pouvait s’attendre à mieux quand même de la part de Paramount, même si je sais que la série est bizarrement la moins aimée (alors qu’elle possède peu de défauts). La qualité est vraiment variable suivant les épisodes, cela va de superbe et précis à granuleux et bruité. La profondeur de champ n’est pas toujours présente, mais là encore, cela dépend de l’épisode. De plus, un aliasing est assez présent lors des passages en CGI, Paramount n’ayant, là encore, pas jugé nécessaire de retravailler ces derniers (créés à l’époque, en 1280X720), comparés à TOS ou à TNG. Espérons pour le coup que DS9 & surtout Voyager, ma petite chouchou, ne subissent pas le même traitement qu’Enterprise. Cela dit, je grogne mais même avec cet aliasing, les vfx sont superbes et le NX-01 est juste majestueux. Il est par contre désagréable de noter que si les noir sont profond, il en viennent parfois à boucher certains détails

Son 3,5/5 : Je passerais sous silence la VF en DD 2.0, qui, malgré un doublage de très bonne qualité, reste malheureusement plate et anémique.
Pour ce qui est de la VO, en DTSHD, elle est souvent frontale, mais certains effets s’arrachent parfois pour atterrir sur les enceintes arrières, souvent occupées à diffuser la musique. C’est assez correct même si on est loin du remix de Star Trek TOS ou TNG.

Interactivité/Bonus 4/5 : Les menus sont animés et musicaux, avec extraits vidéo en fond, on retrouve des commentaires audio (et écrits) souvent intéressants pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, certains commentaires n’étaient pas disponibles sur les premières versions DVD de la série. Pour ce qui est des scènes coupées, elles sont malheureusement que trop peu présentes et pas franchement utiles pour le coup. Il y a des reportages (environ 3h), qui, pour le fan que je suis, n’apprennent rien de nouveau, mais pour le profane, ce sont des mines de renseignements.

Techniquement, si l’on est loin du travail effectué sur ses grandes sœurs que sont Star trek « The Original Series » et « The Next Generation« , Enterprise peut quand même se targuer d’avoir une édition tout à fait honorable, écrasant les versions dvd et étant même supérieure à certaines éditions HD de séries actuelles.

En savoir plus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici