Samsung Galaxy A9 (2018), analyse : l’arrivée des quatre caméras arrière dans le milieu de gamme

Publié parmaitelejanvier 29, 2019|

Il faut de moins en moins de temps pour que les innovations atteignent les fourchettes en dessous du haut, et Samsung semble parier fortement sur cela. Une de ses lettres, peut-être son as dans sa manche, est un smartphone avec quatre caméras arrière, deux fois plus que ses fleurons, et nous vous montrons dans cette analyse du Samsung Galaxy A9 (2018).

Nous avons déjà vu dans les premières impressions avec lui certains des points qui le différencient du Samsung Galaxy A7 (2018), comme ce quatrième capteur ou la position du lecteur d’empreinte. Avec une finition brillante et ajoutant à la tendance de l’arrière avec un dégradé de deux couleurs, ce haut de gamme de Samsung milieu de gamme cherche à mettre en évidence en particulier dans la photographie, nous allons voir comment est l’expérience avec elle.

Samsung Galaxy A9 (2018)

<th/th>Samsung Galaxy A9 (2018)
Dimensions physiques et poids<< <> <> 1625 x 77 x 7,8 millimètres, 183 grammes
ÉcranSuper AMOLED 6,3 pouces
RésolutionFull HD+ (1.080 x 2.220 px)
ProcesseurOcta Core (Quad de 2.2GHz + Quadruple de 1.8GHz)
RAM RAM6 / 8 Go ?
Memory128 (microSD jusqu’à 512 Go) ?
Version du logicielAndroid 8.0
ConnectivityLTE Cat.9, WiFi AC, Bluetooth 5.0, NFC, GPS, ANT+, USB-C
Caméras arrièreAppareil photo principal 24MP AF, f/1.7 + Téléphoto 10MP AF, 2X, f/2.4 + Ultra large 8MP, 120º, f/2.4 +/br> profondeur 5MP, f/2.2
Caméra avant24 MP, AF, f/2.0
batterie3.720 mAh
AutresLecteur d’empreintes digitales
PrixDe 509.99 euros en Amazon

Galaxy A9 – Smartphone 6.”3″ (4G, Octa-Core, 6 Go de RAM, 128 Go de mémoire, 4 caméras 24+5+10+8 MP, Android) Amazon Blue par 563.64&euro ;

Design : un gradient si saisissant qu’il nous fait oublier le feu tricolore

Comme nous l’avons vu avec le Samsung Galaxy A7 (2018), l’itération de cette année constitue une mise à jour significative en termes d’esthétique et de construction. Également au niveau de l’interaction, puisque ce lecteur d’empreinte de bouton avant passe vers l’arrière dans le cas de l’A9 (sur le côté dans le Galaxy A7, comme le Samsung Galaxy J6+), et dit donc adieu à un avant qui nous a déplacé à ce qui dans la gamme haute du fabricant correspond déjà à une époque révolue.

Plus d’écran dans une grande surface mais avec de petits cadres en proportion. La face avant du Samsung Galaxy A9 (2018) est littéralement 2018, avec un écran de 80,5% et sans ajouter au courant des crans. Symétrie verticale et horizontale donc pour ce mobile, qui place le haut-parleur au bord inférieur avec la mini-prise audio et, cette fois, le type USB C.

Cela diffère aussi de ce A7 (2018) dans lequel on voit encore microUSB, et dans lequel tous les éléments de ce bord sont alignés au centre. Un bord qui a un angle aigu vers l’avant pour se fermer avec l’arrière, dessinant une légère courbure.

Le dos rompt avec le bord en n’impliquant pas une continuité, mais un changement d’un ton uniforme (bien que brillant) au bord à un gradient sur la surface arrière, s’assombrissant lorsque les caméras et le lecteur d’empreintes digitales sont descendus vers la base. En bleu est assez frappant pour cette luminosité métallique, bien que si nous aimons ce dégradé est appliqué avec goût et semble assez bon, jouer avec le bleu et le vert contrairement au jeu avec le violet que nous avons vu dans le Huawei P20 Pro et autres.

Le Galaxy A9 (2018) a le bouton Bixby, situé du côté opposé au volume et la puissance verrouillage comme nous avons vu dans Galaxy S et Note ci-dessus. Le plateau SIM se trouve sur le bord supérieur, mais n’est pas aligné avec le microphone.

N’attire pas l’attention parce qu’il est mince, mais est confortable dans la main quelle que soit la poignée et est très bien construit

Il est bien construit et donne la sensation que les matériaux sont de qualité et qu’ils ne sont pas facilement rayés. Il n’attire pas l’attention parce qu’il est mince, mais il est confortable dans la main quand on le tient avec une ou deux mains.

Samsung Galaxy A9 (2018)Samsung Galaxy A9 (2016)>Samsung Galaxy S9+
Hauteur162,5161,7159,8158
Largeur7780,976,873,8
Thickness7.87.47.58,5
Poids183200168
Screen6,8004 0003 3003 500

Le Galaxy A9 (2016) était légèrement moins volumineux que le modèle actuel, mais comprenait une batterie légèrement plus puissante. Bien sûr, le 2018 est plus léger et l’écran profite mieux de l’avant.

Deux années d’évolution dans la galaxie A9.

Pegas viennent presque par la génétique, parce que le cristal est généralement un aimant de saleté et le A9 ne fuit pas non plus. Il est vrai qu’il semble avoir une finition un peu plus résistante aux empreintes digitales que la A7 (2018), mais la couche oléophobe ne suffit pas à la graisse laissée par les mains et les traces sont bien visibles.

Au moins il n’est pas glissant, donc pas besoin d’ajouter une couverture par rapport à cela et pouvoir jouer pour voir ses mille et un reflets bleu-verts. De plus, la projection des caméras est également très discrète, de sorte qu’elle ne “boite” ni ne gêne lorsqu’elle est utilisée au repos sur une surface.

Écran : FullHD+ en 6,3 pouces de pur Super AMOLED Super sans cran

L’avant des mobiles bénéficie de l’innovation que nous voyons dans l’industrie et l’écran en fait partie, mais dans le cas de A9 d’abord dû hériter les plus récents gènes dans la descendance de la maison. Ainsi, comme nous l’avons déjà dit, le motif se répète et nous voyons la même chose que dans l’évolution de l’A7 : plus grande diagonale et plus petite proportion d’images.

Le A9 (2018) intègre un écran super AMOLED de 6,3 pouces avec une résolution 1.080 x 2.220 pixels, également résolution que le précédent modèle. Une résolution qui donne suffisamment de détails pour avoir une bonne expérience de lecture et de visualisation de n’importe quel contenu, et qui nécessite moins de consommation que d’autres plus grands.

La luminosité maximale va bien, étant suffisante dans les environnements les plus lumineux. Il n’y a aucun problème de visualisation du contenu lorsque l’incidence de la lumière est plus grande, à moins que le réglage automatique de la luminosité ne fasse s’assombrir le vôtre et le panneau pendant que nous l’utilisons, par exemple lorsque nous prenons une photo. Ce qui se passe habituellement, c’est qu’en lumière moyenne (extérieure ou intérieure) est en dessous de ce qu’elle devrait être et nous devons l’ajuster manuellement en l’élevant un peu, donc ici il y a assez pour corriger une mise à jour future.

L’écran vient assez froid d’usine, mais nous pouvons ajuster la température et la teinte avec les options dans la section écran des réglages généraux. Il manque un réglage progressif et nous n’avons pas besoin de rester dans l’un des points établis dans les curseurs, et les configurations préréglées qui ne sont pas l’affichage adaptatif sont trop chaudes, mais au moins nous pouvons laisser le panneau un peu plus à notre goût au niveau de la température et de la saturation (dans notre cas on reste avec un affichage adaptatif et la température un peu supérieure).

En termes d’angles de vision, il n’y a pas d’appauvrissement de la vision en termes de contraste et de définition, bien que nous percevions la teinte bleu-vert habituelle qu’AMOLED subit habituellement en inclinant ou en inclinant un peu le panneau. Mais ce n’est pas agaçant du tout selon notre habitude à cette caractéristique et/ou notre tolérance, car ce ne sont pas des angles habituels.

En ce qui concerne la sensibilité tactile, tout est correct, en fait il est assez facile de donner des touches accidentelles en tenant le mobile à l’horizontale (le pouce restant tenant le mobile). Ce qui pourrait être plus sensible (ou une zone sensible plus grande) sont les widgets de l’écran Always On, qui est encore très peu d’options comme nous en avons discuté dans le Galaxy précédent que nous avons analysé cette année.

En général ce n’est pas un écran qui se distingue sensiblement des autres, mais il donne une bonne expérience globale. Un peu appauvri par cette luminosité automatique irrégulière, mais cela devrait avoir une solution logicielle si le capteur fonctionne bien.

Performance : Future RAM sur un processeur du passé

Samsung travaille ambiguïté quant au processeur à installer, son propre ou de Qualcomm, et dans ce cas la version internationale a un de la seconde. Ainsi, le Samsung Galaxy A9 (2018) intègre un Snapdragon 660 avec 6 Go de RAM, un processeur de l’année dernière que nous avons vu dans d’autres mobiles comme le Xiaomi Mi A2, mais même avec il est comparable (et même quelque peu supérieur à certains égards) à l’Exynos qui intègre le A7 (2018) et certainement plus de mémoire.

Dans Xataka Android Pourquoi Samsung utilise des processeurs Snapdragon aux États-Unis ou en Chine et Exynos dans le reste du monde ?

Est-ce un saut dans l’expérience ? Une même combinaison de logiciels oui, étant donné que nous avons trouvé moins de retards , étant beaucoup plus ponctuels que dans A7 (2018). Une chose qu’il a en commun est qu’il dissipe très bien la chaleur, et nous ne remarquerons pas les coins, le dos, ou tout autre point du terminal chaud après avoir joué avec lui ou l’utiliser intensivement comme après une session photo.

Multitasking commence normalement et il n’y a pas retards ennuyeux ou significatifs si nous jouons ou regardons du contenu multimédia. La charge lors de la récupération d’une application pour le premier plan ou l’ouverture d’années lourdes comme Spotify connaissent un léger retard, mais considérant que l’exécution de tâches lourdes comme les préchargements de jeux se passe bien, c’est peut-être plus dû à quelque chose lié au logiciel (maintenant nous allons en parler en profondeur et quelques comportements anomaux que nous avons perçus).

Pour ceux qui prennent les benchmarks comme référence, on vous laisse les résultats du Galaxy A9 Samsung (2028). Ici, nous commentons que nous avons eu quelques erreurs au début lorsque nous avons essayé de passer les tests, mais finalement nous avons pu les passer et il n’y a pas d’incompatibilité avec le logiciel.

RAM6 GB6 GB4 GB4 GB6 GB

</td >4 GB

4 GB4 GB
AnTuTuTu141.346126.375127.610141.522133.147130.779
GeekBench (Single/multi)1.584 / 5.7721.618 / 5.7551.626 / 4.2861.645 / 5.9091.611 / 5.6301.642 / 5.7631.645 / 5.9091.272 / 3.830
3D Mark (Icestorm Unlimited)25.82018.342 </td46126.34825.35026.41526.34827.3455.9776.0466.3326.1778.440

Logiciel : L’expérience de Samsung maintient son ADN

La couche logicielle de Samsung a été très bien renommée, grâce au degré de personnalisation et au changement expérientiel des interactions utilisateur-interface le “Samsung Experience” fait une différence claire avec celle que nous avons avec le stock Android. Ainsi, Samsung Galaxy A9 (2018) intègre Samsung Experience 9.0 sur Android Oreo 8.0.0, cette fois avec l’assistant personnel de Bixby en pleine faculté (dont il dispose).

Pouvez-vous imaginer un panneau sans boutons logiciels, avec plus de millimètres de l’interface ? Nous aussi, mais pour l’instant, cela ne se réalise pas chez Samsung Experience.

Pour ne pas perdre la douane, nous commençons par ce que l’A9 (2018) apporte de l’usine. Déjà dans le pre-load nous permet de choisir certaines des applications à installer au début du système pour la première fois, il ya certains de nos propres et des tiers que nous ne pouvons pas choisir comme l’app store Samsung, Google ou Microsoft et Facebook.

Ainsi vient le Samsung Galaxy A9 (2018) niveau usine logiciel.

La plupart d’entre eux peuvent être désinstallés ou désactivés, et ne sont pas seulement des actions différentes (bien qu’en apparence et pour une utilisation en principe n’impliquent pas beaucoup de distinction pour l’utilisateur moyen), mais ici cela permettra de déterminer si nous les reverrons plus tard ou non. C’est-à-dire, si nous avons désactivé les applications Office, Facebook ou tout autre qui ne permet pas de les désinstaller complètement, nous le verrons à nouveau activé si nous avons la mise à jour des applications de la Play Store configurée en automatique (une surprise comme celle que nous avons vue avec l’application Reminder dans le Samsung Galaxy A6+ après analyse un mois).

LinkedIn, Facebook et GMail entre autre ressuscité sans avoir demandé sa désactivation après avoir été automatiquement actualisé.

Ajouter la puissance d’éliminer la plupart des applications que nous ne voulons pas et la dose supplémentaire de personnalisation de la couche en termes d’écran, audio et d’autres aspects, à la fin est un logiciel qui fournit assez à ce niveau et que les sons mobiles, est vu et conservé tout à fait à notre goût. En fait, parmi d’autres ajouts propres nous trouvons une section de fonctions avancées qui nous donnent la possibilité d’activer ou de désactiver des aspects tels que l’ouverture du rideau de notification avec le capteur d’empreintes digitales ou le geste de passer la paume de la main devant l’écran de capture.

Il y a aussi les outils de maintenance habituels que Samsung incorpore pour faciliter et rendre plus visuelle la prise en charge des secondes et de la consommation par le logiciel, ce qui peut être bon si nous sommes intéressés à réduire la charge de travail du mobile (bien que non nécessaire, il n’y a pas retard ou fermeture par manque de ressources). Cependant, cette personnalisation pourrait être encore plus grande (et plus moderne) si elle avait une navigation par gestes, profitant du fait qu’elle nous permet de masquer la barre de boutons, ou si Always-on avait plus d’options, comme nous l’avons commenté précédemment.

Dans les aspects à améliorer il n’est pas superflu de parler du clavier lui-même que Samsung a aussi (avec possibilité de le changer pour un autre tiers). Il est assez complet au niveau fonctionnel, mais la correction automatique n’est pas très efficace et, bien que nous puissions activer plusieurs langues, il n’y a pas de reconnaissance automatique (et donc une correction) et nous devrons la changer à chaque fois, contrairement à Swiftkey, iOS ou GBoard.

Le Samsung Galaxy A9 (2018) a Bixby Voice, mais il n’est pas encore en espagnol

Et Bixby ? Le Samsung Galaxy A9 (2018) vient à notre appel, à la fois par commande vocale et par ce bouton physique exclusif de besoin douteux (très douteux). Cependant, nous devrons parler couramment l’anglais, le chinois ou le coréen, car pour le moment il n’arrive toujours pas en espagnol.

Le mieux est d’aller directement aux commandes disponibles pour savoir ce qu’il peut faire, étant normalement limité à ouvrir une certaine application ou exécuter une action donnée. Cependant, plus elle est précise, mieux c’est, par exemple, lors du réglage d’une alarme (vous indiquant directement l’heure et pas seulement l’heure et la portée).

Bixby Home, l’interface graphique pour certaines applications de Bixby. Nous pouvons l’utiliser pour effectuer des actions liées aux dispositifs intelligents dans la maison, comme les ampoules électriques ou le chauffage, si nous configurons des actions depuis l’application Samsung SmartThings elle-même. Cependant, il est encore un peu fermé aux applications Samsung et il y a des commandes simples comme “Trouvez-moi des pharmacies à proximité” qui ne s’identifient pas comme “ouvrez l’application carte et cherchez les pharmacies à proximité”.

Biométrie et déverrouillage

Il n’y a pas de cran sur les mobiles Samsung, mais la caméra avant et les capteurs intégrés ici sont bons pour une reconnaissance faciale simple, qui est combinée avec un lecteur d’empreinte situé au dos. Nous allons maintenant parler de l’expérience de chaque système, mais nous prévoyons que l’expérience est influencée par le fait que Always On n’active plus la reconnaissance faciale.

L’enregistrement du visage est rapide (surtout si nous le fournissons, étant dans un environnement bien éclairé avec un fond blanc plat). Le déverrouillage prend deux ou trois secondes pour reconnaître le visage si les conditions ne sont pas favorables, mais si pas prend moins d’une seconde pour déverrouiller.

Cela oui, est assez intolérant avec les lunettes de vue (et avec les lunettes de soleil il n’y a pas moyen, mais cela est relativement commun). Tout comme d’autres systèmes “acceptent” que nous portions des lunettes même si nous n’avons pas enregistré nos visages auprès d’eux, l’A9 (2018) ne reconnaîtra pas le visage avec eux sauf en de rares occasions. Il ne fonctionne pas bien non plus dans le rétro-éclairage ou l’obscurité, bien que cela soit courant lorsqu’il ne s’agit pas d’un système avancé.

In Xataka La reconnaissance faciale avancée après Face ID : les systèmes avec lesquels Apple, Vivo, OPPO et Xiaomi concurrents

Et par rapport à ce que nous avons introduit, la lecture du visage pour être actif devra également être l’écran. En d’autres termes, même si nous plaçons le terminal devant nous, nous devrons allumer l’écran d’une double pression sur le bouton de démarrage virtuel ou d’une simple pression sur la touche physique ; ici il serait très avantageux d’activer la lecture simplement en soulevant le mobile et ou si Always-on est actif.

D’autre part, nous avons l’appareil à empreinte digitale qui sera toujours actif et fonctionne très bien même avec des mains légèrement humides. Une expérience très différente de celle de l’A7 (2018), probablement à cause des dimensions et de l’emplacement du capteur plutôt que de l’efficacité du même ou du système.

Photographie : c’est l’expérience avec quatre caméras arrière dans une gamme moyenne

Si pour quelque chose cette Galaxie A9 (2018) est le protagoniste, c’est grâce aux quatre caméras qui colonisent le coin supérieur gauche du fond du mobile. Donc avant de vous montrer les résultats que nous avons obtenus avec eux, rappelons les principales caractéristiques de chacun :

  • L’appareil photo principal a un capteur 24 mégapixels et une optique avec ouverture f/1.7.
  • L’appareil photo avec zoom optique a un capteur 10 mégapixels et un optique avec ouverture f/2.4.
  • L’appareil photo grand angle a un capteur 8 mégapixels et une ouverture f/2.4, avec un angle de 120°.
  • La quatrième caméra, peut-être la plus spéciale, a un capteur de 5 mégapixels et une ouverture f/2,2 et est dédiée au mode portrait et au flou de fond.

In Xataka Les quatre caméras arrière du Samsung Galaxy A9 ont expliqué : à quoi sert chacune et quelle valeur la quatrième caméra peut fournir

L’enregistrement avec les optiques arrière peut être fait à une résolution UHD, mais la stabilisation sera disponible seulement dans quelques cas (on verra plus bas). Pour les photographies subjectives, l’A9 (2018) dispose d’un appareil photo à ouverture f/2.0 et un capteur de 24 mégapixels, avec un mode beauté complet qui permet de simuler des éclairages.

Ce sont des composants très attractifs pour la photographie mobile, surtout si l’on considère que nous parlons d’un mobile moyen de gamme qui combine les principales utilisations que nous avons vu dans les doubles caméras arrière de la gamme haute ces dernières années. Mais en plus du matériel est le logiciel est le logiciel est le gouvernail qui a l’utilisateur pour l’expérience est bon ou pas si bon, alors voyons ce qu’il offre dans le cas de Samsung Experience 2018.

Camera App

Il est inutile d’avoir un tableau de bord avec de nombreuses options si nous allons mettre trois mille boutons et leviers que nous ne savons pas utiliser de manière intuitive. Et heureusement ce n’est pas le cas avec l’interface Samsung, qui se prête très bien à ce que l’utilisateur puisse profiter des quatre caméras d’une manière totalement consciente et volontaire.

Presque tout est déjà dans l’interface du mode automatique, où nous avons sur le côté droit (en regardant le mobile horizontalement) un curseur pour tirer en grand angle, angle standard et zoom 2X. Sous ce dernier se trouvent les réglages, les filtres, le flash, les proportions et le passage du mode appareil photo au mode raccourci.

Qu’est-ce qui nous manque encore ici ? Un accès rapide pour le RDH, surtout si l’on considère que, comme nous le verrons ci-dessous, l’effet de ce multi-shot est assez évident selon les situations et nous ne l’aimerons pas toujours. Il faut aller dans les paramètres pour l’activer ou non (ou le laisser en automatique), en fait ils ont ajouté un avertissement sous forme de fenêtre flottante qui conseille son utilisation selon les conditions mais pas ce bouton.

La navigation est déductive, par onglets pour lesquels on fait glisser vers la gauche ou la droite et pouvoir modifier son ordre et apparence (un mini point que Samsung prend toujours, car il est apprécié pour pouvoir personnaliser cela). Tout comme deux des caméras secondaires nous les utilisons depuis le mode automatique, la troisième (celle de la profondeur de champ) sera surtout utilisée dans le mode portrait, c’est-à-dire la mise au point dynamique, en étant capable de régler quel degré de bokeh nous voulons (aussi a posteriori) et en nous aidant du focus manuel pour que celui-ci soit activé (plus tard nous allons approfondir dans ce sens).

L’esthétique de l’interface est ce que l’on voit depuis quelques années, simple et quelque peu personnalisable, avec l’enregistrement vidéo inséré dans l’onglet automatique pour l’activer directement avec le bouton REC qui apparaît à côté du déclencheur. Ça se passe plutôt bien, avec un peu de lenteur dans le tournage si on parle de la nuit ou du HDR dans l’obscurité mais sans accrochage, redémarrage ou arrêt soudain.

Caméras arrière

Samsung nous a donné plus de travail pour cette section et nous sommes heureux de le recevoir, alors sans plus attendre voyons à quoi ressemblent ces quatre caméras.

Dans la lumière du jour générale et scène abondante, parlant de prise de vue angulaire standard et sans zoom, le A9 (2018) est défendu avec des couleurs réalistes mais une saturation assez faible. Les plans sont légèrement surexposés (très peu, pas appauvris ou loin de la réalité) et le HDR peut aider à compenser une partie de la dynamique et des ombres, mais maintenant nous allons voir que dans d’autres occasions son action est plus frappante (et parfois nécessaire).

Photographie en automatique.

Plus confortable avec la lumière indirecte, une situation dans laquelle vous obtenez beaucoup de détails sans bruit et avec une meilleure colorimétrie et exposition. Dans les contre-jours souffre beaucoup, et il est préférable de tirer HDR parce qu’il équilibre mieux les ombres et les éclairages, bien que nous n’aimerons pas toujours le résultat parce que dans les lumières moyennes tend à trop contraster.

Photographie en HDR.

La nuit, il n’échappe pas aux lois non écrites de la photographie et c’est là que le résultat est le moins bon, restant très proche de la moyenne et dans ce à quoi on peut s’attendre. Images avec une dose considérable de bruit et une perte de netteté accentuée (vous remarquerez beaucoup plus en zoomant, évidemment).

Photographie en mode automatique. Avec des lumières moyennes, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, le résultat est un peu plus bas que prévu, avec des aquarelles, une perte de netteté et un bruit assez accentué. Ce dernier que l’on voit aussi dans les prises de vue en espace ouvert et dans les plans généraux même avec ISO 50, un minimum qui ne permet même pas un mode manuel qui est limité en options (c’est ce que nous avons vu dans le A7 (2018) et non dans le Galaxy S et Note, la punition ? pour être médium).

Et pour le grand angle ? Il apporte de la polyvalence à l’appareil photo et donne un résultat acceptable, en maintenant ce que nous avons vu en prise de vue automatique en termes de couleurs, HDR et d’exposition.

Photographie avec grand angle et HDR.

Les photos sortent avec les couleurs quelque peu délavées si on tire le zoom optique (ce n’est pas quelque chose d’isolé, on le voit dans d’autres cas). Ici, nous avons aussi des photos un peu en dessous de ce que pourrait penser l’optique dédiée et nous ne percevons pas de différence excessive par rapport aux autres mobiles (les tests avec le OnePlus 6T par exemple).

L’autre particularité qui entremêle l’action d’une des caméras avec le traitement lui-même est le mode portrait. Il n’y a pas de discrimination comme dans l’iPhone XR ou le Huawei Mate 20 Pro et nous pouvons l’appliquer sur n’importe quelle forme, objet inanimé, animal ou être humain, bien qu’il ait un truc.

nous dira toujours que l’objet est placé entre 1-1,5 mètres, mais même si nous sommes déjà à cette distance nous devrons l'”animer” avec le mode manuel (donner une touche à l’objet) pour illuminer le signe “Dynamic Focus est prêt ? (en jaune). Avec cela, nous pourrons ajuster en temps réel le degré de flou, en gardant à l’esprit que plus nous le forçons, plus il sera agressif et pire sera le découpage, bien que comme nous l’avons commenté avant de pouvoir l’éditer a posteriori avec notre propre éditeur photo.

Photographie avec le mode focus dynamique. Le résultat est plus proche de ce que nous avons vu dans l’A7 (2018) que dans le Samsung Galaxy S9+ ou le Samsung Galaxy Note 9, en fonction du contraste entre l’objet et le fond presque plus que la profondeur de champ. Malgré le support optique, il semble que le logiciel soit en charge, avec un flou pas trop naturel et qu’il soit difficile de respecter les contours intérieurs ou s’il n’y a pas de contraste chromatique entre l’objet principal et le fond.

Photographie avec le mode dynamique.

En fait, en macro (où les caméras sont généralement plus confortables), il y a déjà un flou quelque peu irrégulier à l’intérieur, surtout si on le force à filmer avec une distance de mise au point minimale. Il est possible qu’ici, avec les mêmes instruments, un résultat plus précis puisse être obtenu en passant en revue le logiciel pour faire un meilleur usage du matériel.

Il y a des modes que nous avons trouvés peu utiles et qui ont été presque oubliés pendant les jours où nous avons testé le terminal, mais pour cette raison il est possible au moins de laisser quelques commentaires. Le mode manuel n’est pas celui que l’on voit dans les gros modèles de Samsung, mais plutôt un peu plus étroit dans les options (pas de réglage manuel de la vitesse d’obturation, de l’exposition ou de la mise au point) qui est finalement presque anecdotique et un mode de reconnaissance de scène qui offre peu de changements et au mieux qui sature légèrement une scène qui en a pas besoin.

Caméra avant

Il y a ceux qui intègrent deux caméras avant et ceux qui tirent des mégapixels, et Samsung en a peut-être déjà assez avec quatre arrière, donc il maintient les 24 mégapixels que nous avons vu dans les autres caméras subjectives de la marque. En fait, il s’agit peut-être du même capteur que celui que nous avons testé dans le Samsung Galaxy A6+, également 24 mégapixels mais avec une optique d’ouverture un peu plus grande (f/1,9 au lieu de f/2,0).

Nous avons commenté parce que le résultat nous rappelle beaucoup de ce mobile, bien que dans ce cas nous allons voir quelques additions ci-dessous. En mode automatique, ce sont des photos très contrastées, avec un degré de détail moyen et une température un peu basse, et une mise au point automatique qui peut la jouer (laissant les visages légèrement flous), comme cela s’est déjà produit dans le mode A6+.

Photographie en mode automatique.

Il y a un manque de plus de vivacité dans les couleurs, puisque tant en lumière abondante qu’en moyenne (intérieure ou extérieure) le résultat s’améliore si on ajoute de la chaleur et de la saturation. HDR sera un bon allié pour sauver des cieux qui autrement seraient complètement brûlés.

Le mode portrait n’est pas exigeant et fonctionne en lumière moyenne à faible, bien que dans ces conditions le bruit appauvrisse grandement le résultat. Cependant, nous devrons regarder directement l’appareil photo comme sur l’iPhone X, ici les profils ne valent pas la peine ou l’inclinaison du visage parce que nous n’appliquerons pas le flou (et généralement à l’intérieur est plus erratique).

Photographie avec le mode dynamique focus en caméra avant.

Parmi les options de beauté habituelles, Samsung a incorporé le jeu avec un éclairage artificiel. Ce n’est pas quelque chose d’aussi appréciable que ce que nous voyons dans Apple, Huawei ou OPPO, qui ont incorporé des effets de lumière de studio et ainsi de suite avec un résultat plus que visible, mais sont de petites simulations avec lesquelles nous pouvons jouer avec les ombres et le contraste, mais il est très peu visible et dépend des conditions d’éclairage (avec un éclairage élevé ne remarque presque rien).

Il n’y a guère de différence entre la lumière naturelle, devant, un côté ou deux (de gauche à droite).

Vidéo

Vidéo avec 4K et zoom, avec caméra super lente ou proportions différentes. C’est ce qu’offre la machinerie de cette A9 (2018) et cela donne globalement de très bons résultats surtout si c’est une situation avec une lumière abondante.

Couleurs réalistes, bonne compensation de l’exposition aux changements d’angle et bon niveau de contraste. Le détail sera toujours plus grand si nous tirons 4K, mais là nous perdons la stabilisation (électronique) et ça se voit.

On le remarque surtout dans les virages et si nous marchons, ayant un peu moins de plans tremblants en 1080p et des résolutions qui incorporent automatiquement la stabilisation. N’oubliez pas, c’est un peu agressif et même avec cela, il y aura de l’attraction si nous le rendons difficile.

Dans les intérieurs la qualité est un peu plus faible et le bruit apparaît, surtout quand on tire le zoom. Pour cela, d’ailleurs, nous avons le même accès rapide que dans l’interface photo pour sauter à 2x (ou revenir à 1x) en une seule touche.

La nuit, c’est là où plus de mou et quand pire compensation de l’exposition nous observons, surtout si la scène a beaucoup de contraste et divers spots de lumière artificielle. Beaucoup de bruit et une stabilisation plus sèche avec les virages.

La caméra avant nous permet de prendre des photos avec une résolution de 1080p, bien que la netteté sera un peu plus faible surtout en arrière-plan. Il a aussi une plage dynamique beaucoup plus petite et n’a pas de stabilisation.

Autonomie : moins de capacité mais une bonne expérience

Dans la section conception et construction nous avons discuté quelque chose de la pile du terminal. Une batterie de 3 800 milliampères par heure qui est réduite par rapport à la précédente A9 (et ses 4 000 mAh) mais qui est supérieure à celle de la A7 (2018) et même de la S9+.

Que cela signifie-t-il ? En autonomie moyenne d’une journée avec environ 13 heures d’activité et 4 heures et 15 minutes d’écran allumé. Ce n’est pas une moyenne exceptionnelle compte tenu de la capacité de la batterie, mais au moins nous donne de quitter la maison sans se soucier des chargeurs ou des batteries externes comme il nous donne habituellement pour toute la journée.

Autrement dit, nous pouvons faire des jours d’utilisation intensive sans problème, arrivant que si plus juste en fin de journée ou à charger la nuit si nous avons passé plusieurs heures avec la caméra, multimédia et ou connectivité de données. Si nous faisons une utilisation plus légère durera une journée et demie pratiquement bien, surtout si nous sommes plus stricts dans le contrôle des applications qui bénéficient de l’arrière-plan et couper un peu de robinet.

Dans ce cas, nous avons USB de type C (contrairement à la Galaxy A7 cette année), et avec le mobile est attaché un adaptateur rapide chargeur qui atteint un temps de charge approximative d’une heure et 45 minutes (de 0 à 100% avec le téléphone intelligent off). Bien qu’on puisse supposer qu’il faille changer quelques câbles, il n’est pas superflu que les médiums standardisent celui qui est dessiné comme futur connecteur standard et qui prédomine déjà dans toute la gamme haute.

Un audio qui ne se distingue pas en termes de performances mais en termes d’options

Comme nous l’avons avancé dans la section design, pour la sortie sonore des cloches et du multimédia, nous avons un haut-parleur en bas, à côté du type USB C (en plus du casque pour appels). Il n’a pas de sortie stéréo (puisque le casque est pour les appels seulement), mais il a une mini-prise de 3,5 mm, même s’il est plus mince que le Samsung Galaxy S9+ (aussi avec lui).

En fait, c’est le son par casque qui obtient le plus de points en termes de personnalisation de l’expérience, mais parlons en premier de sortie par le haut parleur lui-même. Il s’agit d’un son de qualité moyenne, acceptable pour la gamme à laquelle appartient le terminal, bien qu’il pourrait avoir une plus grande gamme dynamique, plus bas et un peu plus de couleur ?.

Volume dépasse, parce que nous avons enregistré des maximums supérieurs à 120 décibels (qui est au-dessus de nombreux mobiles nous avons testé), mais le son à ce volume élevé perd la qualité, étant plus métallique ? et plate. Il est préférable de rester autour de 80% du volume si vous voulez le plus pour une meilleure expérience.

Bien que certains de ces peut être amélioré (ou adapté à votre goût) avec l’égaliseur trouvé dans la section effets et qualité sonore des paramètres audio. Du reste des réglages, la seule chose qui va profiter de nous pour le haut-parleur est l’effet auditif, qui ajoute un plus de réverbération (et c’est déjà plus une question de goût, au niveau personnel je préfère le désactiver car je crois qu’il appauvrit et qu’il ne donne pas cet effet umplugged que je comprends que ça cherche).

Si on branche les écouteurs on va pouvoir jouer plus avec certaines caractéristiques sonores, au-delà des dynamiques Nous pourrons activer le Dolby Atmos, qui donne un peu plus de profondeur au son, ce qui ne permet pas l’activation de l’effet auditorium et de l’amplificateur à lampe Pro (dont nous allons parler maintenant).

En plus d’ajuster l’audio à notre goût dans une certaine mesure nous pouvons dériver le son de certaines applications sur un périphérique externe, tandis que le propre haut-parleur est utilisé pour d’autres.

En même temps, Dolby Atmos peut activer l’optimiseur UHQ, dont l’amélioration du bit de traction et de la bande passante donne un effet de profondeur similaire à Dolby Atmos donnant un peu plus de netteté. En fait, à la fin de l’écoute au casque, nous avons gardé ces deux options activées.

Il a aussi l’amplificateur à lampe Pro, qui modifie le timbre et adoucit le son un peu plus, bien que c’est un audio avec moins de profondeur que celui fourni par le Dolby Atmos (surtout si on choisit les paramètres de musique parmi les quatre possibles). D’autre part, il y a Adapt Sound, qui crée un profil sonore adapté à notre capacité auditive en fonction de notre propre test basé sur l’audition d’une série de bips, une option qui aura du sens si nous n’entendons aucun de ceux-ci (ce qui n’a pas été notre cas) en compensant automatiquement pour seulement ceux-ci.

Samsung Galaxy A9 (2018), l’avis de Xataka

La stratégie de différenciation dans les smartphones tend à prendre un chemin en fonction de quelle gamme il est : sortir le sein en gamme haute, prix inférieur dans l’entrée et broder le rapport qualité-prix dans la moyenne (environ). Mais Samsung a joué une carte différente dans le deuxième lot de Galaxy A de cette année : il voulait sortir la poitrine de milieu de gamme, ou plutôt sortir les caméras.

Trois et quatre caméras arrière soutiennent l’arrière de la Galaxy A7 et A9 de 2018, la première avec un grand angle et une caméra pour la profondeur de champ et la seconde ajoutant un télé objectif à cela. L’intention apparente : que l’utilisateur n’ait plus le désir de rien, qu’il ait les orientations que les caméras secondaires avaient prises par excellence (mais toutes en même temps).

Le plus mieux  a sa logique et sur papier il est beau ; sans avoir à chercher des applications ou à passer des heures en montage, et sans avoir des connaissances avancées en photographie, le A9 (2018) peut me donner les trois tendances en photographie mobile au gré et sur prise. Mais dans la pratique, ce qui pèse est le résultat, et dans ce sens, il y a du travail à faire si vous voulez aspirer à la couronne de lauriers au-delà de la conventionnelle, cette double caméra qui ressemble à une autre époque.

Que nous donne le Samsung Galaxy A9 ? Une expérience assez complète et une brise de ” luxe ” dans ce que l’on peut considérer comme la gamme moyenne-haute de Samsung, Galaxy S aspirational plutôt que Galaxy A avec des prétentions. Un écran qui par sa taille nous donne une bonne expérience dans la visualisation de contenu de tout type, une autonomie décente, une bonne construction et une bonne dose de mémoire RAM (mais avec un processeur de la saison précédente).

L’expérience avec le Samsung Galaxy A9 (2918) est assez complète et une brise de “luxe” dans le milieu de gamme, mais il nous reste un “presque mais pas” dans le palais

Samsung Experience ici nous satisfait un peu plus que dans le A7, peut-être pour un matériel différent ou pour intégrer Bixby, mais après les jours avec lui et ses options supplémentaires de customization nous reste avec ce sentiment doux-amer qui est, en même temps, un déjà vu . Que ?presque mais pas ? qu’à la fin reste dans notre palais à cause des retards ponctuels et des possibilités de personnalisation qui restent encore dans les poches sud-coréennes.

Quatre caméras sont mieux qu’une, que deux, que trois ? Si nous recherchons la polyvalence, oui, évidemment, surtout si nous facilitons la tâche de l’utilisateur avec les options en vue. Il compense peut-être plus si l’on aime les prises de vue en grand angle, car c’est une option qui jusqu’à présent pariait plutôt peu de fabricants et était reléguée à la gamme haute, mais la qualité finale du zoom et du portrait ne se différencie pas des autres résultats par logiciel, malgré le support optique.

Design8,75 Display8,75 Display8,25 Performance9 Camera8 Software8 Autonomy8,5

Pour

  • Le design a été mis à jour (il manquait) et a été moderne, attrayant et bien construit.
  • Les quatre caméras, le type USB C et le 6 Go de RAM sont une décision aussi juste que louable.
  • Il ne chauffe pas, peu importe l’usage qu’on en fait, même après avoir joué un bon moment ou pendant le chargement.

Contre

  • Avec tant de caméra arrière on s’attendait à une photo de meilleure qualité, et les résultats sont un peu en dessous des attentes.
  • “retards” et autres signes continuent à apparaître que le logiciel pourrait être optimisé davantage.
  • Éviter les contacts accidentels, corriger la luminosité automatique et opter pour un panneau avec moins de reflets l’expérience avec l’écran serait grandement améliorée.

Samsung Galaxy A9 – 6.3″ Smartphone (4G, Octa-Core, 6 Go RAM, 128 Go de mémoire, 4 24+5+10+8 caméras MP, Android) Color Blue Amazon pour 563.64&euro ;

Les actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *