Polar Review : La violence par la violence

L’excuse de l’assassin professionnel, que certaines vieilles connaissances tentent de rendre amère à la retraite, n’est pas quelque chose d’exactement nouveau ou d’original dans le monde du cinéma ; mais si elle a déjà prouvé son efficacité en donnant lieu à des œuvres articulées autour de l’action et de l’espionnage à plusieurs reprises, pourquoi ne le servirait-elle pas encore ? C’est précisément sur cette prémisse que se fonde “Polar”, la bande dessinée qui sert de référence pour l’adaptation cinématographique du même nom que Netflix apporte sur nos écrans.

LA nouvelle série Netflix : Polar

“Polar” est un roman graphique de l’Espagnol Victor Santos qui a su attirer l’attention par son caractère minimaliste marqué, sans même dialogues dans son édition originale, et un style artistique entre noir et gore. Et son saut hors du journal vient sans épargner dans les dépenses des mains du réalisateur Jonas Akerlund, et en comptant dans le casting avec des noms du calibre de Mads Mikkelsen ou Katheryn Winnick. Mais son adaptation cinématographique n’atteint pas la qualité des romans graphiques qui lui donnent son nom et il reste tiède, comme une sorte de “John Wick” décaféiné qui tente de combler ses lacunes par des bains de sang.

Si la prémisse à partir de laquelle “Polar” part pour donner naissance à l’action n’a rien d’original, la manière dont le récit s’articule autour de l’action et du charisme de certains personnages suffit à dissocier cette adaptation des autres œuvres du genre telles que “John Wick” ou la saga “Bourne”. Mais différent n’est pas forcément mieux, et bien que “Polar” soit capable d’aboutir à certains égards à un film même remarquable, les mauvaises actions des autres sections tachent une grande partie du travail.

Mais tout n’est pas négatif. S’il y a une chose qui ressort de la bande, c’est le rôle de Mads Mikkelsen dans le rôle de Duncan Vizla, un tueur à gages que ses patrons veulent éliminer avant leur temps. Sa performance est remarquable, mais inséparable de Vanessa Hudgens. En tandem c’est comme ça a l’air mieux ; avec des sensations entre les deux acteurs qui sont capables de supporter de flotter tout le film par eux-mêmes. La relation entre Duncan et Camille s’éloigne de la sexualité classique pour offrir un lien émotionnel plus fraternel, plus axé sur un rôle père-fille. Et c’est un plaisir de voir l’évolution de ce lien au cours des deux heures d’images.

Matt Lucas dans le rôle d’Herman Blut, le chef des méchants de l’histoire, parvient également à se démarquer au-dessus de la faible qualité moyenne de l’adaptation, résultant en un antagoniste qui fait honneur à ses origines. Le comportement, l’attitude et une grande performance font de Blut un personnage aussi maléfique que charismatique. Un antagoniste avec une touche de folie et un ton très exagéré qui se sentent luxueux au film et dessinent une bande dessinée méchante crédible.

Malheureusement, les vertus narratives de “Polar” ne s’arrêtent pas là. Ceux qui a priori sont les principaux antagonistes, un groupe d’assassins en charge du meurtre du protagoniste, pâle de charisme et n’ont même pas besoin de dix minutes pour être ennuyeux. Et le pire, c’est qu’il passe beaucoup de temps devant la caméra pendant la première moitié du film, trop concentré à nous présenter ce groupe qui danse entre le grotesque et le lamentable. D’autre part, les autres personnages secondaires se limitent à apparaître brièvement afin d’imposer beaucoup sur le visuel plutôt que sur leur poids réel dans le récit, laissant ainsi une distribution extrêmement terne.

Un des détails qui pèse le plus lourd sur cette adaptation est celui d’apporter au cinéma le minimalisme de l’œuvre originale. Le récit visuel de la bande dessinée qui donne naissance à cette bande est l’un des points clés de la bande dessinée. Cependant Netflix le laisse à moitié cuit. Il est vrai que Duncan Vizla est encore un homme de peu de mots et que l’action est un substitut à de nombreux dialogues, mais il est complètement sans cervelle. Plutôt que d’utiliser le sang et le sexe comme moyen d’expression, “Polaire” utilise ces deux éléments librement et exagérément pour essayer de masquer des carences narratives trop évidentes.

Peut-être que la seule chose qui peut donner un sens à toute cette violence, c’est qu’elle est au moins visuellement satisfaisante. Les chorégraphies des combats et toutes les scènes d’action sont très bien prises, elles débordent avec la qualité qui manque au reste du film. Il n’y a rien à envier dans ce sens à des œuvres comme “John Wick”, en obtenant un bon rythme dans les combats et en évitant la sensation de répétition dans ces derniers.

“Polar” est une adaptation ratée, non pas tant parce que sa qualité est mauvaise, mais parce qu’elle ne parvient pas du tout à transférer sur les écrans l’esprit de la bande dessinée qui sert de référence. Loin de rendre hommage aux aventures comiques du Black Kaiser, le film reste à moitié comme un John Wick décaféiné qui tente de camoufler ses défauts avec beaucoup de sang et une violence totalement gratuite qui ne sert à rien.

La qualité des combats et le brillant duo de Mikkelsen et Hudgens en sont la preuve. Ce n’est certainement pas le pire que nous ayons vu de Netflix ces derniers mois, mais c’est une déception qu’une adaptation aussi prometteuse reste une expérience aussi insignifiante. “Polaire” est vraiment polaire. Ça nous a littéralement refroidis.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here