L’influence de la culture pop à travers le monde

Une exposition consacre l’influence du mouvement artistique le plus populaire du XXe siècle sur les créateurs de l’ex-URSS ou de Chine.

La Culture pop un art présent depuis toujours

Le profil en bronze rigide de Josef Staline se superpose à la photographie d’une Marilyn Monroe joyeuse et souriante, dans une sculpture murale qui conjugue deux personnages très différents, bien que les deux icônes de leur époque. Le culte de la célébrité que le Pop Art a élevé au rang d’art, avec sa célébration ou sa critique de la culture de consommation, apparaît comme un outil de propagande politique dans un univers antagoniste. Cette œuvre du Russe Leonid Sokov sert d’affiche pour la présentation d’une exposition consacrée à Londres à l’influence du mouvement artistique le plus populaire du XXe siècle sur des créateurs venus de mondes aussi éloignés que l’ex-URSS et la Chine, qui y ont imprimé leur propre parti pris.

L’influence de la culture pop, selon les architectes de l’exposition de la Galerie Saatchi, incarne un point de rencontre de l’art produit en Orient et en Occident. L’exposition à son siège social de Chelsea de 250 œuvres signées par une centaine d’auteurs permet de comparer comment un langage artistique qui a éclos aux États-Unis et au Royaume-Uni dans les années 1950 et 1960 est adopté et réinterprété par des générations successives d’artistes de l’orbite occidentale et, en retour, par d’autres qui dépassent cette portée géographique et politique.

Le signe du dollar, au lieu du marteau, est assemblé avec la faucille dans une installation Sokov que la galerie expose à côté des urnes que l’Américain Jeff Koons a remplies de ballons de basket suspendus. Si le Pop Art est apparu en réaction à la surproduction des biens de consommation et de leur publicité, une sorte d’équivalent dans l’ancien bloc soviétique, Sots Art, “est né de la surproduction de l’idéologie et de la propagande”, soutiennent les fondateurs de ce dernier mouvement, Vitaly Komar et Alexander Melamid, qui est né au début des années 1970.

“Les circonstances dans lesquelles ces artistes (membres de l’exposition) travaillent sont évidemment très différentes, mais ils sont unis par un intérêt pour un environnement qui se configure progressivement de manière artificielle “, explique Nigel Hurst, directeur de Saatchi. Alors que l’obsession consumériste façonne les sociétés occidentales de la seconde moitié du XXe siècle, l’idéologie est le facteur dominant dans la vie quotidienne de millions de Soviétiques. Le buste de Lénine apparaît intégré dans le logo rouge classique de Coca Cola qui promeut “la vraie chose”, dans une proposition d’Alexander Kosolapov (1982) qui combine les notions de publicité et de propagande.

L’artiste pop exploite des images immédiatement reconnaissables par le public, ce qui, dans le cas de la Chine, se reflète dans l’iconographie visuelle du réalisme socialiste. La figure de Mao Zedong apparaît de façon répétitive en cours de route, soit dans les peintures qui montrent Big Helmsman brillant au milieu d’une mer de fleurs, flanqué de chats noirs mi-blancs mi-bruns et mi-bruns, alors qu’il salue son futur successeur Deng Xiaoping (initiateur des réformes du marché selon le principe que “peu importe la couleur du chat quand il chasse les souris”) ou, dans l’une des œuvres les plus récentes exposées, faisant de la Longue Marche un objet de jeu vidéo dans les méga consoles conçues par l’artiste Feng Mengbo.

Certaines des premières œuvres d’Ai Wei Wei ont déjà été traduites en portraits humoristiques de Mao, alors récemment décédé. L’artiste chinois qui jouit aujourd’hui de la plus grande projection internationale – alors que son passeport reste confisqué par les autorités de Pékin – a sa place dans une exposition qui nous rappelle comment il a bu sous l’influence d’Andy Warhol pendant son séjour à New York, et le recours ultérieur de son travail aux médias et aux plateformes sociales. Son collègue Wang Guangyi a également utilisé l’imagerie héroïque de la propagande de l’époque maoïste, dans son cas combinée avec des logos de marques occidentales aussi connues que Benetton ou Swatch : la séduction de la consommation devant laquelle le régime a exhorté les chinois à résister.

Post Pop : East meets West, organisé par la galerie de Charles Saatchi avec la collaboration et une partie de la collection d’art de la Fondation Tsukanov, rassemble jusqu’au 23 février une collection d’œuvres qui vise à refléter la fascination que le pop art a exercée au-delà des frontières. Le résultat est une exposition variée et agréable, avec ses hauts et ses bas, capable de combiner des portraits de stars et de chefs de file de la pop et du parti, les symboles de l’argent avec des emblèmes d’État ou, dans une proposition qui semble aujourd’hui plus amusante que provocatrice, les figures de Lénine, la souris Mickey et Jésus Christ marchant ensemble les bras liés.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here