Levez vos verres ! La cure de la gueule de bois peut être proche grâce à la science

Publié parAngie Vailenovembre 21, 2018|

La science ne cesse pas de nous surprendre tous les jours, mais aujourd’hui nous voulons nous arrêter un instant et porter un toast en son honneur, car un groupe de scientifiques de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) prétend avoir trouvé un antidote à la gueule de bois, ou ce qui est le même, selon leurs découvertes, que nous pourrons un jour prendre quelques verres, sans devoir affronter les conséquences indésirables le jour suivant.

L’équipe dirigée par le professeur Yunfeng Lu, expert en génie chimique et biomoléculaire, teste son antidote depuis plusieurs mois sur des souris de laboratoire, et a constaté qu’il réduisait le taux d’alcool dans le sang de 45% en seulement quatre heures, et surtout, que les niveaux d’acétaldéhyde, le composé cancérigène responsable des maux de tête et vomissements lors des épisodes de consommation irresponsable étaient très faibles.

Selon des études sur les souris réalisées par le professeur Lu et son équipe, ceux qui ont été traités avec l’antidote contre la gueule de bois ont pu se réveiller beaucoup plus tôt le matin que ceux qui n’avaient pas été traités, ce qui est un symptôme que leur corps avait été capable de décomposer l’alcool beaucoup plus efficacement.

Une pilule comme antidote à la gueule de bois

Si toutes les preuves montrent à l’équipe du professeur Lu que son antidote contre la gueule de bois ne produit pas d’effets secondaires indésirables, il pourrait être testé sur des personnes dès l’année prochaine, et prendrait la forme pratique d’une pilule que les gens devraient prendre avant de commencer une soirée et éviter ainsi la gueule de bois le jour suivant.

Cette pilule de la gueule de bois est composée, comme l’explique le professeur Lu, principalement de trois enzymes naturelles que l’on trouve couramment dans le foie. Ces enzymes aideraient l’organisme à traiter plus efficacement l’alcool ingéré, le transformant en “molécules inoffensives” qui seraient ensuite excrétées naturellement.

Le professeur Lu, passionné de vin, a déclaré que “si frivole que cela puisse paraître, ce projet a de graves implications”. Par exemple, il a noté : ” Entre 8 et 10 pour cent des visites à l’urgence aux États-Unis sont dues à une intoxication alcoolique aiguë ” et, pire encore, ” l’alcool est le principal facteur de risque de décès prématuré et d’invalidité chez les personnes âgées de 15 à 49 ans.

L’équipe de l’UCLA est consciente qu’une pilule de la gueule de bois ne va pas aider à réduire l’abus d’alcool chez les gens, mais au moins elle pourrait être un remède efficace contre les effets néfastes d’une consommation excessive. Nous sommes donc invités pour l’instant à faire preuve de modération et de responsabilité.

Les actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *