Le Roi Lion’ : pourquoi ils l’appellent remake en action réelle alors qu’il ressemble à un décalque d’animation CGI (et pas de problème)

Hier soir, le tout-puissant Disney a mis le filet de filets à l’envers, prenant un peu plus d’une minute et demie pour déchaîner passions et haines, semer le doute et polariser les opinions du respectable. Tout cela grâce à?ou à cause ? d’une première avant-première de la nouvelle version du’Roi Lion’ que le studio prépare avec le réalisateur Jon Favreau.

Pour un serveur, détracteur en fer des versions live action de Disney classiques qui donnent tant de rentabilité à la maison de la souris Mickey ces dernières années ?à part un remarquable’Jungle Book’ dirigé curieusement par Favreau lui-même ? Les quatre-vingt-dix secondes de teaser m’ont semblé un vrai délice sur le plan technique et ont généré des souvenirs et des sensations que je pensais avoir complètement oublié.

Mais comme le monde est un endroit froid et hostile, tout le monde n’allait pas partager mon avis enthousiaste sur un projet visant à susciter la controverse, nous trouver avec plusieurs fronts de débat ouvert sur lesquels je voudrais apporter mon humble avis, et qui passent par des questions telles que son étiquetage, sa nature de remake ou une nostalgie damnée dont il semble impossible de se séparer.

Live action , animation et vides terminologiques

L’une des premières réactions générées par la bande-annonce’Roi Lion’ – tout à fait compréhensible, il faut le dire – a été de remettre en cause le label live action live action ?que Disney Studios a attribué à sa nouvelle et toute nouvelle production.

A en juger uniquement et exclusivement par le matériel officiel qui a été vu jusqu’à présent ? et c’est quelque chose qui doit rester présent dans ce texte ? il est vrai que plus qu’un film d'”action réelle” on pourrait parler d’un film d'”animation réaliste” dans lequel un CGI spectaculaire envahit l’écran en recréant des personnages et des scénarios d’une beauté éblouissante.

Ce concept d'”animation réaliste” donne lieu à des théories ? et même à des errances ? Est-ce que’A Scanner Darkly’, par exemple, ou tout autre titre qui utilise la rotoscopie, est un film d’animation ou appartient à une autre catégorie intermédiaire que nous ne saurions définir ?

Dans le cas de’The Lion King’ nous sommes confrontés à une énigme similaire. Si nous regardons l’équipe accréditée jusqu’ici en production, il y a un département caméra qui, comme ” The Jungle Book “, propose un tournage qui combine l’intégration de graphiques générés par ordinateur avec du matériel traditionnel, soit comme référence, soit pour intégrer des lieux réels.

Si tel était le cas, la question, à mon avis, ne serait pas de savoir si la nouvelle histoire de Simba appartient ou non au domaine de l’animation mais pourquoi cela devrait compter. Face aux stands devrait être quelque chose de complètement hors de propos, mais face aux grandes entreprises, se vanter du label de live action semble leur donner une validité ou un prestige “inutile” supplémentaire qui leur permet de vous regarder vers le reste des films non animés.

Quelque chose qui montrerait une fois encore la tendance à sous-estimer un genre mal appelé qui a seulement rarement été admis pour participer à la catégorie principale dans les grandes manifestations des saisons des prix année après année.

Se remémore, photocopie et points de vue

Voir la bande-annonce de’Le Roi Lion’ nous amène directement au classique animé que Rob Minkoff et Roger Allers nous ont donné en 1994, en prenant un bon nombre de photos du baptême du petit Simba et en essayant de capturer l’essence même du texte original, tant sur le plan visuel que sonore.

Il n’est pas surprenant que cela ait joué contre et soulevé les soupçons de nombreux détracteurs systématiques des remakes qui n’ont pas mis longtemps à appeler ce dernier projet de Favreau “copie inutile”, craignant une copie carbone plate à plate de la version 2D connue par tous.

Il est important de se rappeler que, sauf dans des cas exceptionnels tels que les deuxièmes ” Funny Games ” de Michael Haneke ou l’approche de Gus Van Sant à la ” Psychose “, les deux photocopies délibérées de ses référents, un remake ne doit pas ? ni n’est-il habituellement ? une telle chose, mais plutôt une nouvelle vision que le directeur apporte à une matière étrangère dont le contenu, le caractère ou l’histoire suscite un intérêt particulier.

Finir d’en faire un terrain plus marécageux et piquant si possible, parler de remakes implique de le faire d’une nostalgie qui empêche ceux qui ont apprécié les originaux à son époque d’accepter qu’un nouveau traitement sur une longueur existante est possible, et pas nécessairement inférieur ?

Si ce nouveau’Roi Lion’ ne vous intéresse pas, ce n’est peut-être pas un problème avec son étiquetage, qu’il ressemble trop au classique de’94 ou qu’au contraire, il ne le fait pas du tout et ne revient pas au casting original. Peut-être que ce n’est pas un film fait pour vous, alors peut-être que la meilleure chose serait d’écouter Timon et Pumba et de porter les paroles de’Hakuna Matata’ par drapeau.

En ce qui me concerne, je compte les jours jusqu’au 19 juillet 2019 pour voir ce que Jon Favreau a à offrir à cet enfant de sept ans, maintenant avec trente ressorts sur le dos, qui a halluciné à l’époque avec le travail de Minkoff et Allers et qui le fera probablement encore 25 ans plus tard d’une manière très différente. Tant dans la forme que dans le fond.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here