Las Vegas 21 : notre critique
Source : Allociné

Nous sommes tombés sur le film Las Vegas 21 sur Netflix et l’avons suivi pour en apprendre plus sur le Black Jack et découvrir l’incroyable combine d’un groupe d’étudiants qui a su trouver les failles du système et les exploiter à des fins lucratives. Film inspiré d’une histoire vraie avec Kevin Spacey dans la distribution, il promettait une bonne soirée. Pourtant, il nous a laissé sur notre faim et n’a pas su nous convaincre. Retrouvez notre critique détaillée. 

Fiche technique et bande-annonce de Las Vegas 21

Nous n’allons pas faire une fiche détaillée sachant que la fiche AlloCiné de Las Vegas 21 est très bien faite. Vous pourrez d’ailleurs y retrouver différentes critiques autres que celle que nous allons faire, de façon à croiser les points de vue.

Voici un bref récapitulatif de la distribution générale et de l’équipe technique

  • Distribution

Ben Campbell : Jim Sturgess
Micky Rosa : Kevin Spacey
Jill Taylor : Kate Bosworth

  • Équipe technique

Réalisateur : Robert Lukedic

Scénaristes : Peter Steinfeld, Allan Loeb

Synopsis du film

Synopsis du film
Source : Allociné

Ben Campbell est un étudiant surdoué du MIT qui a été accepté en médecine à Harvard, mais qui compte sur une bourse qui prend en charge la totalité des frais de scolarité pour suivre ces études (coût 300 000 dollars une année). Néanmoins, le doyen de la fac le prévient que nombreux sont les profils brillantissimes qui sont en lice pour l’obtenir et qu’il doit à tout prix se démarquer, s’appuyant sur l’exemple du bénéficiaire de l’année précédente, un unijambiste émigré. Il lui demande alors quelle expérience de vie le différencie des autres, ce à quoi Ben n’a pas de vraie réponse à apporter. En parallèle de ses études, il travaille comme vendeur dans une boutique de tailleurs pour 8 dollars par heures. Avec ses meilleurs amis, il participe à un concours d’ingénierie pour construire une voiture qui se conduit toute seule, ce qui ne lui laisse pas le temps pour s’épanouir ailleurs.

Toutefois, un de ses professeurs (Micky) l’initie au Black Jack par le biais d’un groupe sélectif d’étudiants qu’il a constitués et lui explique comment battre le système collectivement à des fins lucratives. Son objectif ? Qu’il intègre le groupe (divisé en deux parties : détecteurs et gros joueurs) et les accompagne à Vegas les week-ends. D’abord réticent, le jeune homme se laisse convaincre par l’une des filles du groupe pour qui il en pince. Il s’ensuit un long entraînement à base de calcul mental et de langage crypté où Ben excelle et démontre à quel point il a sa place parmi le groupe.

Cap alors sur Vegas avec comme ligne directrice de compter systématiquement les cartes. Néanmoins, ce jeu de casino est risqué et si l’on découvre leur combine, ils risquent d’y perdre gros d’autant plus qu’ils n’ont pas l’âge de jouer et doivent adopter de fausses identités.

Notre avis sur Las Vegas 21

Notre avis sur Las Vegas 21
Source: Allociné

Le film s’ouvre sur cette phrase emblématique “Gagnant gagnant buffet géant, cette phrase c’est tout Las Vegas  (…)”. Néanmoins, Las Vegas 21 mérite-t-il un buffet géant ? À notre sens, la réponse est définitivement non.

Ce n’est certainement pas un des meilleurs films que nous ayons vus, mais la distribution nous a attiré avec Kevin Spacey dans le rôle d’un professeur véreux. Nous espérions également en apprendre un peu plus sur les règles du célèbre jeu de casino, mais finalement on n’apprend rien du tout. Mieux vaut aller sur un site de casino, comme sur ce site, pour essayer de comprendre les subtilités du Black Jack. Les explications sont vite expédiées au profit des gros plans sur la vie nocturne de Las Vegas dans sa succession de clichés vus et revus (strip-tease, fête alcoolisée, shopping et dépenses exubérantes). Autant regarder à ce compte Las Vegas Parano, un film génial et décalé qui fait évoluer Johnny Depp tout jeune.

En parlant de clichés, parlons un peu de Ben Campbell. Fade et benêt au début du film, il se laisse facilement convaincre dès qu’une fille lui fait les yeux doux. Ensuite, il devient une caricature de l’homme à qui le succès monte à la tête et qui devient méprisant et arrogant vis-à-vis de son entourage. Enfin, il redescend sur terre et se positionne comme vif et combatif vis-à-vis de l’adversité. Bref, le schéma d’évolution du personnage est à lui tout seul caricatural et nous n’arrivons pas à le prendre au sérieux du début à la fin.

Par ailleurs, certaines scènes rallongent inutilement le film sans apporter un quelconque intérêt comme celle où la joyeuse troupe se rend à Las Vegas à l’aéroport. Nous en avons même fait une accélération rapide sur d’autres scènes de la seconde moitié du film qui dure quand même plus de deux heures, alors qu’il aurait pu se réduire à 1 h 40.

Si vous voulez néanmoins passer une soirée film sans prise de tête ou vous forger votre propre avis, Las Vegas 21 est disponible sur la plateforme de streaming Netflix.

Source image de couverture : Allociné

En savoir plus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici