Hornet : comment le chat de rencontres gay veut devenir « plus que du sexe »

Ces dernières années, de nombreuses applications de rencontres ont vu le jour. C’est le cas notamment de Hornet. Hornet est institution numérique de la communauté gay aux côtés de Grindr. Cette plateforme est d’ailleurs le principal rival en Occident de Grindr qui est un pionnier dans ce domaine. Il regroupe à lui seul à travers le monde depuis 2011 plus de 20 millions d’hommes gay. Dans la quête d’une nouvelle direction et s’approcher mieux de Grindr, Hornet a entamé à Paris, une nouvelle ligne éditoriale bien qu’en France cette application dispose d’une cote de popularité conséquente avec des utilisateurs très dynamiques. Apres une nouvelle levée de fonds, le General Manager pour la France, Christophe Martet est clair sur l’avenir de cette entreprise qui envisage changer son image. Elle se retrouve donc dans le viseur de bon nombre de nouveaux annonceurs et bien d’autres utilisateurs. Il faut également signaler que depuis janvier 2017, à Paris, Hornet s’est doté de quatre employés. Par ces derniers se trouvent M. Martet et Xavier Héraud qui sont issus de la presse gay et ont fait leur preuve avec l‘ancien média Yagg.

Hornet et ses deux nouveaux « univers »

Il n’est plus un secret pour personne que le chat de rencontres américain, dispose d’une assise solide dans la capitale française. La nouvelle direction prônée par cette entreprise est dirigée de mains de fer dans ces deux hommes. Aussi, pour le directeur général français, cette entreprise compte déjà de nombreux utilisateurs. Cependant, nous envisageons proposés d’autres services très attractifs notamment deux nouveaux univers. Le premier est un agenda des sorties tandis que le second est un média. Force est de constater que cette entreprise a déjà de petites rédactions dans certaines villes comme Sao Paulo, New York, Taipei et Paris. Au nombre de 15, les rédacteurs s’emploient à produire des contenus qui sont publiés régulièrement sur l’application. Aussi, ils se relayent autour du monde pour faire la promotion de cette application de rencontres. Ce média gay est donc un excellent relais pour la presse LGBT+ qui rencontre d’énormes difficultés ces derniers temps.

Hornet, le média

Malgré les avancées notables dont fait montre Hornet, de nombreux observateurs et rédacteurs restent sceptiques à son encontre. En effet, pour Adrien Naselli, rédacteur en chef d’un Têtu, il est très difficile pour une application qui est centrée exclusivement sur le sexe d’avoir de crédibilité et de surcroit de s’imposer en tant qu’une marque média. Cependant, il reconnait avec véhémence le talent de Xavier Héraud qui abat un travail formidable et de qualité mais pour lui cette initiative ne peut remplacer concrètement un média gay. Il n’est d’ailleurs pas le seul à donner son avis sur Hornet. Pour M. Martet, Hornet ne pourra jamais être une société de presse même si pour lui l’aventure des contenus reste et demeure très prometteuse.

UN « MÉDIA PRESCRIPTEUR » POUR LES ANNONCEURS

Cette application compte offrir aux utilisateurs des raisons de revenir et de se servir de cette plateforme. M. Martet envisage également utiliser cette plateforme pour avoir une certaine idée de la communauté gay. Cette plateforme se veut plus prometteuse et ambitieuse au-delà des événements pour garçons. Pour ce faire, l’équipe dirigeante cette application envisage créer des lieux de débats, des divers, des événements et ne pense point dormir sur leurs lauriers. En dehors des grandes soirées gays parisiennes où le média est généralement présent, il veut aussi s’approcher d’autres rencontres moins populaires telles les rencontres autour du voguing. Le voguing n’est rien d’autres qu’une danse culturelle pour les gays afro-américains. Il faut aussi signaler que cette application n’occulte pas les questions liées à la santé et au VIH. Hornet a de nombreux objectifs. Ainsi, à terme, les dirigeants veulent devenir des prescripteurs et des acteurs à Paris. Pour ce faire, ils envisagent même s’engager sur certaines valeurs et des événements tels qu’un queer cinéma club par exemple. Malgré le volontarisme de Hornet, ses ambitions économiques ne cessent de grandir. Ainsi, cette application de rencontres envisage passer prochainement à l’étape de réseau social gay tout en se rapprochant des applications sociales les plus populaires. Avec ses utilisateurs jeunes et gays, Hornet pense détenir la clé pour attirer les annonceurs principalement à la recherche de la cible homosexuelle. Ce qui va permettre ainsi à cette application de résoudre l’une des épineuses équations qui se posent à de nombreux médias gay, à savoir celles de l’audience et des annonceurs.

Hornet a entrepris cette révolution il y a une année à peine et espère retrouver les résultats escomptés d’ici quelques mois. Cependant, il est important de signaler que cette application est déjà une référence en France malgré la perte par la communauté gay de bon nombre références dans la presse. Désormais, tous les regards sont tournés vers Hornet qui doit prouver qu’elle n’est plus qu’un cruising en ligne mais aussi un véritable hub communautaire. Pour ce faire, à terme, elle devrait plus que s’adresser à des célibataires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here