Films italiens recommandés

Publié parAngie Vailenovembre 27, 2018|

Nous avons l’habitude d’aller au cinéma pour voir des films américains, et rarement espagnols. Aujourd’hui, nous allons vous recommander des films italiens que vous allez adorer.

Certains que vous connaissez, mais d’autres ne sonnent même pas une cloche, mais quoi de mieux que de les voir ?

L’une des plus connues et des plus émotionnelles est La vie est belle. Gagnant de trois Oscars, ce beau film nous met en scène quelques années avant le début de la Seconde Guerre mondiale, un jeune homme nommé Guido arrive dans une petite ville de la Toscane italienne avec l’intention d’ouvrir une librairie. Il y rencontre Dora, la fiancée du fasciste Ferruccio, avec qui il parvient à se marier et à avoir un enfant. Avec l’avènement de la guerre, les trois seront internés dans un camp de concentration où Guido fera l’impossible pour faire croire à son fils que la terrible situation qu’ils vivent n’est qu’un jeu.
Dernier tango à Paris : Un matin d’hiver, un homme et une fille se rencontrent par hasard en visitant un appartement loué à Paris. La passion s’empare d’eux et ils font l’amour violemment sur le plancher vide. Quand ils quittent le bâtiment, ils font un pacte pour s’y retrouver, dans la solitude, sans remettre en cause leur nom.

La Dolce Vita : Marcello Rubini est un papparazzi, à la recherche de célébrités, qui se déplace avec insatisfaction entre les soirées célébrées par la bourgeoisie de l’époque. Un jour, il apprend que Sylvia, une célèbre diva du cinéma, arrive à Rome. Marcello décide que c’est sa chance d’avoir de bonnes nouvelles, et il poursuivra cette belle dame dans les soirées nocturnes de la ville.
Le voleur de vélos : Dans la Rome de l’après-guerre, un chômeur obtient un emploi simple en mettant des affiches à condition qu’il possède un vélo. Chef-d’œuvre du néoréalisme italien, et le plus connu de sa célèbre trilogie néoréaliste – avec “Umberto D.” et “Miracle in Milan” -, c’est un film clé de l’après-guerre qui a marqué de nombreux réalisateurs européens.
Un jour sans fin : Filippo est un journaliste de télévision bien connu, dont le programme de vulgarisation scientifique a fait de lui la star du petit écran. Avec tous les défauts d’une divo : hystérique, hostile, haineux, ingérable. Un misanthrope dans la course. Par conséquent, la chaîne, à la première occasion qu’ils ont décidé de s’en débarrasser, ira à Tenerife où un troupeau de cigognes est établi au sommet du volcan Teide. Accompagné d’Enrico, un opérateur timide et sympathique. Bienvenue chez Rita, une biologiste des îles Canaries qui vous aidera dans votre travail.

Les actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *