Overclock. Un mot fermement enraciné dans le lexique de la souche pure PCero. Assimilé et récurrent pour celui qui assemble du matériel personnalisé depuis les années 90, mais sans doute intimidant -ou plus probable, inconnu- pour le néophyte du PC qui vient de passer du trottoir des consoles à l’autre côté.

De l’autre côté, beaucoup disent qu’il n’est pas possible de revenir. Le PC de jeu.

L’overclocking dans son aspect verbal est une technique très étendue entre la communauté du jeu en PC, et se réfère, grosso modo, au forçage d’un ou plusieurs composants du PC à presser encore plus son potentiel.

Fréquent surtout dans le domaine des cartes graphiques, l’overclocking modifie les valeurs que les composants apportent préréglées en usine pour libérer une puissance clôturée par défaut par le fabricant. Comme quand le personnage de anime shift révèle que Oh ! il se débattait avec 20 tonnes de poids supplémentaire cachées dans ses vêtements et maintenant il est encore plus fort ! C’est la même chose.

Dans l’univers PCero, cela se fait principalement par le biais de modifications logicielles telles que celles décrites ci-dessous. Aucune raison de s’alarmer ; pas besoin d’enlever le tournevis et le ruban isolant.

Précautions !

L’overclocking sur les cartes graphiques (populairement connu sous l’acronyme GPU) est relativement simple. Ce n’est pas en vain que beaucoup d’équipes ont déjà l’overclocking à la volée, simplement en appuyant sur un bouton ou un congif dans un menu. Le plus simple est l’overclocking du CPU, dont nous parlerons plus bas.

Les complications ne sont pas tant la façon de le faire, mais quand et pourquoi le faire.

La première chose qu’il faut bien comprendre, c’est que l’overclocking comporte nécessairement un certain nombre de risques. Après tout, ce que nous faisons, c’est forcer la marche au-delà de ce que le fabricant reconnaît comme nécessaire. Afin d’éviter de rouler et de frire les composants, il est nécessaire d’être préparé à 100%.

Très simple, en s’assurant que le reste des composants sont conformes aux exigences dérivées d’un overclocking graphique. Il est crucial que l’alimentation électrique (PSU), la carte mère et le CPU soient suffisamment puissants pour résister à la charge supplémentaire de l’overclock. Sinon, la fontaine ne tiendra pas et vous finirez grillé. C’est quand je n’éteins pas le PC tout le temps par manque d’énergie.

Autrement dit, il ne vaut pas la peine d’overclocker un GPU 2017 avec un processeur Intel i5 d’il y a dix ans.

Le logiciel

MSI Afterburner est, de tous, le plus facile et le plus intuitif, et aussi l’un des plus utilisés, sinon le plus utilisé.

Avec ce programme, l’overclocking est aussi simple que de déplacer les curseurs à gauche et à droite. Afterburner nous présente une série d’options de base dont les deux qui nous intéressent le plus : l’horloge centrale et l’horloge mémoire.

Comme chaque carte a des limites particulières, il est nécessaire d’établir une augmentation progressive (par exemple, 10-50Hz de plus dans les curseurs à chaque fois) jusqu’à ce que le repère que nous utilisons pour effectuer les tests commence à montrer des erreurs, des artefacts ou des chutes FPS. Comme ça, on saura quand on aura atteint le toit. Bien que nous puissions toujours consulter dans les différents forums dédiés au sujet quel est le haut de la carte en question selon l’expérience de milliers d’autres utilisateurs.

Bien sûr, si vous avez une carte AMD, la chose la plus raisonnable à faire est d’utiliser votre propre programme fait exclusivement à cette fin.

Auto-overclocking ?

Intel Turbo Boost est une autre des caractéristiques essentielles pour un bon overclocking. Dans ce cas, il s’agit d’un utilitaire automatisé centré sur l’overclocking du processeur qui est entièrement intégré avec le CPU, donc son utilisation est extrêmement confortable (il le fait pour vous seul !) par rapport aux méthodes que nous devrions utiliser pour faire la même chose dans un autre CPU par des programmes externes.

C’est aussi beaucoup plus sûr, ce qui n’est pas rien quand il s’agit d’overclocking CPU volatile, très différent et plus risqué que l’overclocking GPU.

La technologie Turbo Boost permet au processeur de contrôler son niveau de puissance en fonction des exigences du programme ou du jeu en fonctionnement sans avoir à bouger un doigt. Les processeurs se reposent. Sommes-nous en plein milieu d’une partie Fortnite avec 100 joueurs à la fois ? Le processeur est réglé sur 100 par heure.

C’est, pour ainsi dire, l’overclocking de l’avenir. Celui qui peut le faire tout seul.

Quelque chose de similaire se trouve dans le GPU NVIDIA Boost 3.0, qui gère également automatiquement et indépendamment les horloges ou les horloges des cartes GeForce pour améliorer (ou reposer) les performances graphiques en fonction des exigences des deux jeux.

Mais l’overclocking manuel des graphiques peut entraîner un gain considérable d’images par seconde (FPS) lorsque tout le reste échoue. C’est-à-dire, si un GPU qui est déjà un peu usé vous donne une moyenne de 50 FPS dans un jeu, avec un overclocked (désolé), il serait possible d’atteindre, dans le meilleur des cas, le chiffre magique de 60 FPS.

La question, et voici le “quand et pourquoi” que nous avions l’habitude de dire avant, est que vous n’avez pas toujours besoin d’overclocker.

Quand l’overclocker

Nous avons déjà vu que les plus récents tirages de processeurs et de graphiques viennent en standard avec des solutions plus que respectables pour le manque ou l’excès de puissance, ce qui fait de l’overclocking une ressource plus recommandable pour ceux qui veulent presser les dernières gouttes des vieux GPU d’il ya cinq ans qui, il est vrai, peuvent encore se donner un peu plus avant de se retrouver relégués à la casse informatique.

Sans oublier que les cartes et processeurs qui composent ce que l’on appelle aujourd’hui un PC moyen-haut de gamme n’ont pas besoin d’overclocking pour déplacer tous les jeux du marché, même les plus somptueux sur le plan visuel. L’overclocking peut donc intéresser davantage ceux qui ne sont pas satisfaits du dupla du 1080p/60 FPS et n’envisagent plus rien qui ne soit pas le 4K de résolution et le 144 FPS.

Dans tous les cas, et si vous voulez monter un PC personnalisé pour overclocker même les haut-parleurs et la souris, il est préférable de consulter d’abord l’avis d’un expert, ou à tout le moins, quelqu’un qui a une équipe avec une combinaison de pièces similaires et a déjà passé cette transe d’overclocking.
Soit cela, soit opter pour l’autre option, celle des ordinateurs pré-assemblés. Mais même sur ce marché, nous devons nous assurer que l’équipement a les bonnes spécifications et exigences pour surcoupler sans crainte de surchauffe et de dysfonctionnement.
Le HP OMEN 880, par exemple, nous facilite la tâche. Un coup d’œil aux spécifications techniques nous permet de voir deux noms qui sont, par leurs mérites propres, l’assurance-vie. Le processeur Intel et les processeurs graphiques NVIDIA garantissent déjà que nous pouvons overclocker le PC en toute sécurité. Que, si nous en avons besoin, car soyons honnêtes, le tandem formé par le NVIDIA GeForce 1080 GTX et l’Intel Core i7-8700K résiste à tout ce que vous lui lancez. Oui, y compris la réalité virtuelle.
Quoi qu’il en soit, les deux seront overclockés. De plus, le processeur Intel est capable d’augmenter sa fréquence de base de 3,7 à 4,7 GHz, pourquoi voudrions-nous surcharger cette tour bestiale ?
Eh bien, il est toujours bon de savoir que le produit que nous obtenons est un produit d’avenir ; il va nous durer très, très longtemps.

En savoir plus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici