Les enfants, comme les adultes, mentent parfois, mais à cet âge, les mensonges peuvent être motivés par d’autres raisons. “Pour qu’un enfant puisse mentir, il doit avoir développé la capacité de reconnaître l’autre comme quelqu’un avec ses propres critères et avec un esprit étranger au sien qui interprète et analyse ce qu’il dit “, explique Mireia Cabero, professeur de psychologie et d’éducation à l’Universitat Oberta de Catalunya (UOC).

Selon Cabero, l’âge auquel la plupart des enfants ont développé la capacité de mentir est de quatre ans. En ce qui concerne l’âge des enfants, Cabero souligne que “je ne saurais pas comment les préciser, mais je sens que cela ne dépend pas de l’âge mais de la nécessité de le faire”.

Les enfants mentent pour différentes raisons, “la raison principale étant les conséquences que l’enfant ressent ou a la certitude qu’il aura s’il dit la vérité”, souligne le professeur de l’UOC.

Les enfants font-ils la distinction entre les différents types de mensonges ?

“Le mensonge exige une maturité cérébrale, ce qui permet l’élaboration de discours et de récits irréels, donc plus la maturité cérébrale est grande, plus la capacité d’élaborer des mensonges est grande et, par conséquent, plus la capacité de distinguer leurs types est grande “, explique Cabero. Les enfants distinguent les types de mensonges et selon l’enseignant, vers l’âge de cinq et six ans, ils ont déjà la capacité de différencier un mensonge pieux.

Des signes qui les trahissent

Lorsque nous mentons, en de nombreuses occasions, nous faisons une série de gestes et maintenons des attitudes qui nous découvrent, des manifestations qui se produisent aussi dans le cas des plus petits. Selon Cabero, les signes que nous pouvons percevoir chez les enfants sont les suivants :

  • Ils ne se regardent pas dans les yeux et n’ont pas de mal à tenir leurs yeux.
  • Ils montrent de l’agitation et de l’inconfort.
  • Ils essaient de changer de sujet.
  • Ils peuvent rougir ou bégayer.
  • Ils expriment par leurs gestes le contraire de ce qu’ils expriment verbalement.
  • Le rire leur échappe.
  • Ils se fâchent si vous ne les croyez pas.

Que faire quand notre fils nous ment ?

Face au mensonge d’un enfant, Cabero conseille : “Communiquez-lui notre vision du mensonge ; donnez-lui juste de l’importance sans exagérer ; ne le jugez pas pour ce qu’il fait et ne le qualifiez pas de ” menteur ” ; comprenez ce qui l’a motivé à mentir ; acceptez qu’il l’ait fait pour une raison ou un besoin ; faites-lui voir que si il ment, il perd confiance aux autres et placez-les dans la situation où il aurait la même réaction que si on lui ment.

L’éducation permet aux enfants de ne pas nous mentir. A cette fin, le conférencier de l’UOC donne les conseils suivants :

  • Renforcez leur acceptation de ce qu’ils sont et de leurs comportements, afin qu’ils n’aient pas besoin de se cacher.
  • Leur inculquer qu’ils s’aiment eux-mêmes, même pour leurs erreurs, afin qu’ils n’aient pas à mentir pour plaire aux autres.
  • Apprenez-leur à gérer et à tolérer la frustration de la colère des autres, à éviter de mentir pour garder les autres heureux.
  • Faites-leur apprendre à prendre des décisions conscientes et à se sentir en sécurité avec eux, afin qu’ils puissent les expliquer de manière convaincante et calme.
  • Expliquez-leur qu’ils doivent suivre leurs propres critères et non ceux des autres.

Quand devons-nous nous inquiéter ?

Selon le nombre de mensonges que l’enfant raconte, selon Cabero, il faut se demander s’ils sont habituels, sérieux, s’ils sont inconsciemment mentis et “quand le mensonge n’est pas reconnu et qu’il y a une peur excessive de ne pas aimer autrui”.

En savoir plus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici