Comment est la PlayStation Classic à l’intérieur ? Digital Foundry le déconstruit pièce par pièce

Nous savons ce que PlayStation Classic a à offrir : une sélection de 20 jeux classiques dans une mini-console avec deux manettes sans stick analogique. Mais nous n’avions pas beaucoup d’indices sur la technologie qu’il a utilisée pour l’obtenir. Au moins, jusqu’à présent.

Double révision du système rétro de Sony

Digital Foundry a fait une double révision du système rétro de Sony, dans l’un d’entre eux, il indique clairement qu’il utilise des versions PAL de la plupart des jeux (téléviseurs dans les territoires PAL offerts 50Hz au lieu de 60Hz dans les autres régions). Mais bien sûr, cette option est de peu d’utilité si tous les jeux sont alors en anglais.

consoles cart La conséquence est que PS Classic brouille plus et mieux les pixels que nous allons voir à l’écran, bien que la fréquence d’images dans certains jeux est très ressentimental. Surtout dans les jeux polygonaux.

Comme vous pouvez le voir dans cette comparaison de Jumping Flash, à 18 FPS en Classic et 27 FPS dans l’original.

La seconde de leurs critiques, via Eurogamer, est beaucoup plus intéressante : les Anglais ont démonté une PlayStation Classic découvrir la technologie utilisée. Quelque chose que beaucoup d’entre nous se sont demandés depuis leur propre annonce.

Ce qui est essentiel

L’essentiel : lors de la refonte de votre PlayStation en mini dimensions (47x104x33mm) a opté pour une configuration ARM quad-core avec un GPU PowerVR intégré. Dans cet aspect, et selon l’anglais, ce Système sur une puce a 1 Go de mémoire, ainsi que 16 Go de stockage flash.

Un détail très intéressant est que l’étiquette sur la base de PlayStation Classic indique que c’est le modèle SCPH-1000R, un clignement clair modèle SCPH-1000 du premier PlayStation. Mais il n’y a pas de mystère à l’ouvrir : cinq vis très visibles.

De là, nous verrons que c’est un design très simple qui ne nécessite que quatre vis supplémentaires pour retirer complètement le boîtier. En fait, la seule partie détachable sont les embellisseurs des ports USB auxquels les commandes sont connectées. Le couvercle et les boutons sont fixes.

La vraie magie de PlayStation Classic est montrée ici, avec un couvercle en métal qui sert de dissipateur thermique selon Digital Foundry. Mais tout est intégré sur la même carte : de l’USB au HDMI qui ira au moniteur.

Le SoC principal (System on a chip) se distingue, situé dans la zone centrale entre deux modules DRAM. Le stockage, d’autre part, est sur la gauche, étant une mémoire flash eMMC NAND.

La puce KLMAG1JETD Samsung

Enfin, nous verrons la puce KLMAG1JETD Samsung, qui -comme ils l’intuitent- semble être le module de 16 Go dans lequel sont stockés les 20 jeux préinstallés, le système d’exploitation de la console et -logiquement- le code de l’émulation.

Enfin, sur le plan technique, PlayStation Classic dispose d’un MediaTek MT8167A qui utilise un quad-core ARM Cortex A35 et fonctionne à 1,5 GHz combiné avec un GPU GE8300 PowerVR intégré. Ce n’est pas une technologie de pointe, mais elle permet à l’émulation PS1 de fonctionner comme de la soie.

Avec cette revue finale de la mini-console Sony, vous avez toutes les cartes sur la table autour de ce qu’elle offre et comment elle l’offre.

Serez-vous séduits par la nostalgie ? Eh bien, vous avez presque une semaine pour décider : PlayStation Classic sera en vente le 3 décembre et vous pouvez payer en euros ou pesetas. Littéralement.

Sony PlayStation – Console classique + 2 commandes

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here