Il reste encore plus d’un mois avant Noël, mais petit à petit, tout s’améliore en cette période des fêtes. Les magasins commencent à promouvoir les articles qui sont le plus souvent utilisés comme cadeaux possibles et les compagnies audiovisuelles présentent les titres avec lesquels elles veulent nous séduire pendant ces dates importantes.

Dans le cas de Netflix excelle avec sa propre lumière “Christmas Chronicles”, un film qui se vend pour le fait que Kurt Russell donne vie au Père Noël. Cela attirera certainement plus de spectateurs à une proposition qui, autrement, ressemble à un film avec très peu de contribution. Malheureusement, c’est ce que cela finit par être et même Russell n’élève pas trop un travail recommandé uniquement pour ceux qui ont l’esprit de Noël à travers les nuages.

Sugar overdose

L’hypothèse des “Christmas Stories” est que deux frères très différents décident d’enregistrer avec leur caméra Santa Claus, ce qui rend la mission du dernier très difficile et difficile. Là, le premier élément qui va exiger beaucoup de patience de la part du spectateur est son attitude, totalement dominée par l’esprit de Noël au point que je ne serais pas surpris si c’était irritant pour un certain secteur du public.

C’est quelque chose qui est maintenu pendant tout le film, même si le Père Noël lui-même commence à douter qu’il ne soit pas possible de remplir sa mission, alors accepter cela ou cela ne devient pas une condition indispensable pour profiter avec “Christmas Chronicles”. Pour ma part, le traitement du personnage par le scénario a parfois été épuisant, mais au moins il n’a pas dépassé les limites de ma patience.

C’est vrai, je pense que le film confond l’innocence des enfants avec un défaut fondamental dans ce type de productions, et c’est déjà difficile à croire le personnage, mais c’est son point de vue qui sert de référence ne se met pas au travail. En fait, quand le film fonctionne le mieux, c’est quand Russell essaie de convaincre plusieurs sceptiques qu’il est vraiment le Père Noël, principalement par les méthodes choisies.

“Christmas Chronicles” a très peu à apporter

Alors que tout tourne autour de savoir ce que chacun voulait comme cadeau et sort des choses de nulle part, “Christmas Chronicles” est supportable, mais les chemins des trois protagonistes se séparent et le niveau souffre toujours quand on quitte Santa Claus à côté pendant quelques minutes. L’apparition de certaines créatures magiques au sens de l’humour discret et à la finition visuelle peu mémorable ne compense pas non plus ce point.

Et il est vrai que l’on remarque un investissement plus important que dans un téléfilm à utiliser, mais le travail des effets visuels est fonctionnel dans le meilleur des cas et laissons ça discret quand on veut se la jouer. L’énergie nulle que la mise en scène de Clay Kaytis donne à l’aventure n’est pas non plus qu’elle aide trop -elle essaie de compenser avec une photo quelque peu colorée-, car elle donne l’impression qu’il fait confiance au message bien intentionné mais déjà très sobre et à l’animation de Russell Cotarro.

Je vois aussi des jeunes enfants s’y amuser un peu, mais je suis aussi conscient que ce titre spécial est tout ce qui le compose. Autant qu’on puisse en parler comme d’un passe-temps de Noël discret pour avoir des antécédents à la maison pendant que vous êtes plus attentif à d’autres choses, qu’il s’agisse de nourriture abondante ou de discuter avec votre famille.

En bref, si vous ne faites pas partie d’un profil très spécifique du spectateur – enfants qui croient encore en l’esprit de Noël ou adultes qui acceptent presque tout pendant cette période – ma recommandation est que vous consacrer votre temps à autre chose. L’histoire de la recherche de notre enfant intérieur vaut la peine quand les choses sont bien faites et que nous n’avons pas recours au minimum pour nous mettre à l’écart.

En savoir plus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici