En Californie, les bots devront dire aux humains qu’ils sont des bots

A partir du premier juillet 2019 la transparence sera imposée aux agents conventionnels, suite à une loi passée par le législateur californien. Ces agents seront obligés d’annoncer que ce sont des bots qui sont utilisés préalablement.

La californie restreint l’utilisation des Bots

L’indentification des chatbots deviendra donc obligatoire en Californie, pour permettre aux internautes de savoir avec qui ils discutent. Cette loi qui impose la transparence et l’éthique a été passée septembre dernier. Elle s’imposera aux entreprises qui utilisent ces bots, de les identifier afin d’éviter de duper les internautes. Il y aura désormais un Etat (Californie)  de la côte ouest des Etats-Unis, qui pense faire les choses dans les normes, afin d’éviter aux publics de continuer à être trompés.

L’objectif principal de cette proposition de loi réside dans la politisation ou la commercialisation faite avec les bots utilisés. C’est une mesure prise, pour mettre un temps soit peu l’ordre dans  cette ‘’machination’’. Un franc jeu est donc désormais exigé des agents conversationnels à travers cette proposition de loi. Les bots qui aident les internautes à faire des tâches importantes (paiement de facture, ou autres) ne sont pas vraiment concernés.

Il est très difficile de savoir aujourd’hui si c’est à un robot ou à un homme que l’on s’adresse, à cause de l’avancée énorme qu’il y a eu dans le traitement automatique du langage naturel. L’intelligence artificielle semble prendre le dessus sur tout. Cette loi vient donc réglementer les choses et contrôler, à qui on s’adresse ou on écrit.

GOOGLE DUPLEX FAIT SENSATION

C’est en début d’année que se sont manifestés ces enjeux de la société. Une version de d’assistant a alors été  développé par Google, capable de faire certaines petites taches, telles-que prendre un rendez-vous chez un coiffeur. Une démonstration qui paraissait très réelle et qui avait sidéré plus d’un.

Duplex dévoilera sa nature, c’est en effet ce qu’à signaler la firme de Moutain View. Il affirme ensuite son outil dévoilera sa véritable identité avant toute conversation avec les internautes. Selon ses explications, avant l’arrivée de cette fonctionnalité, un système doit l’annoncer clairement, afin que le public puisse être informé de celui avec qui il discute. Un porte-parole de Moutain View a expliqué que tous les moyens  seront mis en œuvre pour que les internautes puissent réellement identifier celui à qui ils parlent.

Les experts, plus particulièrement en intelligence artificielle avaient déjà soulevé ce point, de rendre plus honnête les conversations avec les internautes. L’honnêteté envers les internautes pourrait permettre d’être indulgent en cas d’erreur d’un bot, a expliqué Purna Virji, responsable manager chez Microsoft (responsable de l’engagement au niveau international).

Bien avant ça, des règles qui seraient nécessaires pour permettre un bon encadrement des bots, avaient été exposées par Oren Etzioni, le chef de l’IA (institut Allen). Selon l’une de ces règles il est important de se rendre compte automatiquement quand un robot utilise l’apparence d’un homme pour communiquer avec un internaute. Cette règle fait suite aux échanges intervenus, entre les bots et les fans de Donald Trump, sans que ces derniers ne puissent se rendre compte qu’ils étaient en conversions avec des robots.

Une tribune avait été publiée sur Numerama par Hervé Mignot, permettant l’encadrement des assistants personnels pouvant permettre d’éviter aux internautes d’être dupés. Hervé Mignot est le responsable du practice  Data, Analytics et solution, il est également docteur en apprentissage automatique. Sa réflexion  s’est basée sur la notion du drapeau rouge.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here