Le 26 Janvier dernier, à 19h20, au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, nous avions rendez-vous sur le stand Le Lombard pour réaliser une interview du dessinateur canadien, Niko Henrichon. Quelques minutes auparavant, nous avons eu la chance de le rencontrer lors de la dédicace du T1 de Noé (Noah), dédicace où il n’a pas hésité à prendre son temps pour élaborer de somptueux dessins.

Lors de cette interview vidéo, Henrichon nous explique pourquoi avoir choisi la Belgique et Saint-Luc de Liège pour étudier l’illustration et la bande dessinée. Il parle de intégration de le milieu du comic book américain « j’ai envoyé un condensé de tous mes meilleurs travaux à plusieurs éditeurs, franco-belges et américains ». La branche Vertigo de l’éditeur DC Comics, lui fait confiance et lui confie des séries comme Fables ou bien encore Pride of Baghdad aux côtés du grand Brian K. Vaughan. En 2007, grâce à cette dernière série, il remporte un Harvey Award, selon lui c’est la « consécration ».

Concernant Noé, il révèle que c’est Vaughan qui l’a présenté à Darren Aronofsky (Black Swan). Les deux se sont rencontrés à Paris lors d’un lunch, lorsqu’Aronofsky tournait une pub pour Givenchy avec Liv Tyler. Mais qu’est-ce qui l’a poussé à revisiter l’histoire de ce patriarche biblique ? Réponse : « La mythologie de l’Ancien Testament ça me plaisait, et j’aimais bien la façon un peu tordu d’aborder ce sujet. Et comme dit Aronofsky : le deuxième bateau le plus connu après le Titanic c’est l’Arche de Noé ». Et pour la création de ce monde, il a puisé son inspiration dans tout ce qui touche à l’heroic fantasy et le film sur Conan le Barbare (John Milius sorti en 1982) puis sur des dessinateurs tel que Moebius.

Et pour terminer il nous parle un peu de l’adaptation cinématographique, aucune information, aucun scoop, mais il affirme bel et bien que c’est le gros projet de Darren Aronofsky, le film de sa vie. Pour information, le T2 de Noé sortira vraisemblablement au mois de Novembre – selon l’éditeur Le Lombard – et d’après Niko Henrichon « nous verrons le bateau et un peu plus de bastons, mais comme il le dit, avec Aronofsky on ne sait jamais comment cela va se terminer ».

Voici l’intégralité de l’interview :


[Angoulême 2012] Interview Niko Henrichon par CineHeroes

Par

Tags , , , , , , ,